Violences policières : La fédération de foot US réfléchit à supprimer une règle interdisant l'agenouillement

ETATS-UNIS Cette mesure avait été instaurée en 2017, après que Megan Rapinoe se soit agenouillée dans un élan de solidarité avec Colin Kaepernick

20 Minutes avec AFP

— 

La star de l'équipe nationale féminine américaine Megan Rapinoe pose un genou à terre pendant l'hymne national en solidarité avec Colin Kaepernick, à Atlanta le 18 septembre 2016.
La star de l'équipe nationale féminine américaine Megan Rapinoe pose un genou à terre pendant l'hymne national en solidarité avec Colin Kaepernick, à Atlanta le 18 septembre 2016. — Kupferman/CSM/Shutterst/SIPA

La Fédération américaine de football (USSF) envisage de supprimer une règle qui interdit aux joueurs et aux joueuses de s’agenouiller pendant l’hymne national, a confirmé lundi à l’AFP un porte-parole de l’instance, une abrogation que l’équipe nationale féminine voudrait immédiate et accompagnée d’excuses.

Plus tôt dans la journée, la chaîne sportive ESPN avait rapporté que la présidente de l’USSF, Cindy Parlow Cone, souhaitait que cette règle soit abrogée lors d’une réunion du conseil d’administration de l’instance prévue mardi.

Cette mesure, qui stipule formellement que les joueurs doivent « se tenir respectueusement » pendant l’hymne national, avait été instaurée en 2017, juste après que la star de l’équipe nationale féminine Megan Rapinoe se soit agenouillée pendant le « Star-Spangled Banner », lors d’un match international en 2016. A l’époque, Rapinoe avait posé un genou à terre dans un élan de solidarité avec Colin Kaepernick, l’ancienne star du foot américain évoluant alors aux San Francisco 49ers, et qui avait initié ce mouvement de protestation contre les violences policières faites aux Noirs.

« Présenter des excuses à nos joueurs noirs et partisans »

L’équipe nationale féminine a réagi, appelant la Fédération à « abroger la politique de l’hymne » sans attendre : « Nous pensons que l’USSF devrait publier une déclaration reconnaissant que cette règle était erronée lorsqu’elle a été adoptée et présenter des excuses à nos joueurs noirs et partisans ».

« En outre, nous pensons que la Fédération devrait exposer ses plans sur la manière dont elle soutiendra désormais le message et le mouvement qu’elle a tenté de faire taire il y a quatre ans », ajoutent les doubles championnes du monde. « C’est la responsabilité de tous. Nous aurions pu et dû faire plus dans le passé. Nous sommes déterminées à nous élever contre les actes racistes, haineux et injustes pour opérer des changements. Les vies des Noirs comptent », conclut le communiqué.

Poser un genou à terre est devenu depuis la mort de George Floyd le 25 mai un geste emblématique de contestation de l’injustice raciale, mais aussi de solidarité, exprimé lors des très nombreuses manifestations qui ont eu lieu aux Etats-Unis et dans le monde ces dix derniers jours. Ainsi, se joignant aux manifestants, des policiers se sont aussi mis à genoux lors de rassemblements. Dans le sport, des joueurs de foot en ont fait de même juste avant des matchs du championnat d’Allemagne, tout comme l’équipe de Liverpool pour une photo symbolique diffusée sur les réseaux sociaux.