Coronavirus : Aulas dénonce une erreur politique et démocratique (et espère toujours finir la saison de L1)

FOOTBALL Le président de l'OL ne désarme pas et estime que la reprise éventuelle des championnats à l'étranger va obliger la LFP à revoir sa position

J.L.

— 

Jean-Michel Aulas avec Jean-Claude Blanc lors de PSG-OL au Parc des Princes, le 29 février 2020.
Jean-Michel Aulas avec Jean-Claude Blanc lors de PSG-OL au Parc des Princes, le 29 février 2020. — Lionel Urman/SIPA

Ce n’est pas une surprise mais cela reste fascinant, même après toutes ces années. Jean-Michel Aulas ne lâche rien, malgré la décision de la LFP de boucler le championnat pour cette saison en raison de la pandémie. Dans une énième interview à l’Equipe, le président lyonnais réitère son incompréhension suite au vote du CA de jeudi dernier, et en profite même pour faire un peu d’ingérence politique en faisant la leçon à Edouard Philippe.

« Il y a eu d’abord une erreur politique. Pourquoi se précipiter pour dire qu’il est difficile de jouer avant août ? Alors qu’on ne sait pas si les autres pays vont avoir le même jugement… Il fallait faire un tour politique des quatre autres grandes Ligues. La France du sport, c’est comme la France des entreprises, elle est en compétition. On ne doit pas se précipiter en politique si on n’a pas la certitude que les autres ne font pas pareil. Ensuite, il y a une erreur démocratique. Il aurait été utile de consulter tous les clubs par une assemblée générale. La Ligue a cru devoir arrêter le championnat alors qu’on pouvait attendre 15 jours, 3 semaines, jusqu’à début juin, pour savoir si les entraînements individuels et collectifs pouvaient reprendre ».

Remonté comme un coucou, JMA espère donc que la reprise des autres championnats qui se décide, au moins en Espagne et en Allemagne, puisque la Serie A et la Premier League sont encore prudentes, vont pousser le foot français à reconsidérer sa position le 20 mai, date de l’AG de la LFP qui devra entériner les décisions du Conseil d’administration.

Une plainte en diffamation contre Eyraud

« J’appelle à ce qu’on reprenne ces décisions lors de l’assemblée générale (ce lundi) ou celle du 23 mai. Je comprends les élus d’Amiens (19e) par exemple. Ou les dirigeants de Lille (4e) car l’équipe était plus proche que nous d’être en C1. C’est quoi le mérite sportif, comme disait l’UEFA ? L’OL a joué 44 matchs depuis le début de saison, Nice qui pourrait être qualifié 32, dont 15 à domicile, nous 13 ».

Craignant aussi de ne pas pouvoir disputer son match retour de C1 contre la Juventus dans les meilleures conditions, si ce dernier est maintenu début août, JMA n’oublie pas pour autant son ami de longue date Jacques-Henri Eyraud, qui en prend pour son grade, as usual : « Il n’y a pas eu d’insultes au CA avec Eyraud comme l’a dit Raymond Domenech. Il (Eyraud) a fait un pamphlet dans le JDD gravissime qui fera l’objet d’une plainte en diffamation. Quand on attaque (dans cet article) ma dignité et mes qualités humaines, je réplique ». Voilà, on a fait le tour. A bientôt pour le prochain one man show du big boss lyonnais.