20 Minutes : Actualités et infos en direct
JEUX OLYMPIQUESTokyo n’est plus un objectif mais «un tremplin pour Paris 2024», dit Onesta

JO : Tokyo n’est plus un objectif mais « un tremplin pour Paris 2024 », selon Claude Onesta

JEUX OLYMPIQUESLe décalage d'un an des JO change un peu la manière d'aborder l'événement, estime le patron de la haute performance
Claude Onesta, ici lors des Mondiaux de handball 2017.
Claude Onesta, ici lors des Mondiaux de handball 2017.  - LOIC VENANCE / AFP
Nicolas Camus

N.C. avec AFP

Les Jeux olympiques de Tokyo ne doivent plus constituer « un objectif à part entière » mais « s’intégrer dans le mouvement de préparation de Paris » 2024, estime Claude Onesta, le manageur de la haute performance à l’Agence nationale du sport (ANS), dans une interview mercredi au Républicain Lorrain.

Les JO de Tokyo, qui devaient se dérouler cet été, ont été repoussés d’un an, à l’été 2021, en raison de l’épidémie de coronavirus, une décision inédite qui modifie en profondeur la préparation des sportifs et des fédérations en vue de cette échéance.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Aujourd’hui on est obligé de se dire que Tokyo n’est plus un objectif à part entière. Moi je considère que Tokyo est rentré dans le cycle de la préparation des JO 2024 de Paris », déclare Claude Onesta.

« Selon nous, il faut à tout prix que cette étape de Tokyo, pour de nombreux sportifs, constitue un tremplin pour Paris », a ajouté l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de hand. « Le message c’est : on ne prépare pas Tokyo pour que tout s’arrête après. On prépare Tokyo dans le mouvement de préparation de Paris, qui constitue l’objectif maximum du sport français. »



« Commencer l’action à deux ans des Jeux, c’est dérisoire »

Le responsable du très haut niveau à l’ANS, créée en avril 2019 pour incarner un nouveau modèle et les ambitions de la France aux JO de Paris, estime ainsi qu’au vu des délais, il serait illusoire de commencer à préparer les Jeux de 2024 seulement après Tokyo.

« Si on démarre le projet Paris au lendemain de Tokyo 2021, on va encore perdre un an de plus, et on va véritablement commencer l’action à deux ans des Jeux, ce qui est dérisoire. Je crois qu’il faut qu’on soit déjà très concentré sur Paris, et Tokyo devient une étape de la progression. Tout doit être réfléchi de cette façon-là », souligne Claude Onesta.

Priorité aux jeunes

Cela pourrait ainsi avoir des conséquences sur les athlètes retenus à Tokyo : si les médaillables seront bien sûr accompagnés, même s’ils doivent arrêter leur carrière juste après, « tous les acteurs de niveau « intermédiaire », dont on pense qu’ils n’ont pas de grandes chances à Tokyo, il vaudra mieux qu’ils soient plus jeunes et sur le chemin de Paris, que des gens qui seraient en phase terminale d’activité », a-t-il souligné.

Sujets liés