ASSE-Rennes : Décevant et peu inspiré, le Stade Rennais ne défendra pas son titre en Coupe de France

FOOTBALL Le club breton s’est incliné à Saint-Étienne (2-1), jeudi, en demi-finale, et va désormais tout miser sur le championnat et la lutte pour la troisième place

Manuel Pavard
Joris Gnagnon a souffert face à la vivacité de l'attaquant stéphanois Loïs Diony.
Joris Gnagnon a souffert face à la vivacité de l'attaquant stéphanois Loïs Diony. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Vainqueur de la Coupe de la France l’an passé, le Stade Rennais ne pourra pas défendre son titre face au PSG au Stade de France.
  • Jamais vraiment rentrés dans leur match, les Bretons se sont inclinés à la dernière minute à Geoffroy-Guichard, face à l’AS Saint-Etienne (2-1).
  • Les Rennais vont maintenant se reconcentrer sur la Ligue 1 avec en ligne de mire, la troisième place qualificative pour la LDC.

Au stade Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne),

Il n’y aura finalement pas de passe de deux ni de revanche face au PSG. Le Stade Rennais, que l’on croyait quasiment invincible dans la compétition, a fini par chuter pour la première fois en Coupe de France depuis l’arrivée de Julien Stéphan, en décembre 2018. Alors que l’on s’acheminait tranquillement vers la prolongation, Riyad Boudebouz, entré dix minutes plus tôt, a endossé la panoplie du héros en inscrivant le but de la qualification pour l’ASSE (2-1), au bout du temps additionnel.


Un scénario cruel pour les Rouge et Noir mais un succès plutôt mérité pour les Verts, plus tranchants, plus volontaires et plus combatifs durant la majeure partie du match. Curieusement, le Stade Rennais n’a jamais paru rentrer dans son match et a souvent joué en ronronnant, laissant l’initiative du jeu aux Stéphanois. Hormis Nzonzi, précieux et juste dans ses transmissions, et à un degré moindre M’Baye Niang, qui a eu le mérite de transformer son penalty, avant de passer tout près du doublé au retour des vestiaires (51e), la plupart des joueurs ont évolué un cran en dessous de leurs prestations habituelles.

La tête de Da Silva à côté, premier tournant du match

Pourtant, les Rennais ont bien cru réussir le hold-up parfait en ouvrant le score sur un penalty de Niang consécutif à une faute de Saliba sur Raphinha (0-1, 33e). Malheureusement pour eux, les Bretons ont manqué le coche dans les cinq dernières minutes de la première mi-temps, une période qui aurait pu constituer le tournant du match. À la 40e minute, Bourigeaud a ainsi déposé un superbe coup franc brossé depuis le côté droit, pour la tête plongeante de Da Silva passée juste à côté du poteau stéphanois.

Et deux minutes plus tard, Kolodziejczak, destinataire d’une passe parfaite de Diony, n’a, lui, pas manqué sa tête arrière qui a remis les deux équipes à égalité. Résultat des courses : en passant d’un potentiel avantage 2-0 à 1-1, le SRFC venait de laisser passer sa chance. Un constat d’ailleurs partagé par Julien Stéphan : « Je pense que cela aurait pu changer beaucoup de choses », affirmait-il en conférence de presse d’après-match.

« On ne s’est pas lâchés comme j’aurais pu l’imaginer », regrette Stéphan

Après la pause, les Rouge et Noir se sont montrés plus dangereux, notamment par l’intermédiaire de Niang et Bourigeaud. Mais avec un Del Castillo quasi inoffensif et un Raphinha trop brouillon dans ses tentatives, difficile de porter le danger sur la cage de Jessy Moulin. In fine, malgré ce but vainqueur inscrit in extremis, la plupart des Rennais en conviennent, l’ASSE n’a pas volé sa qualification.

« Je vais reconnaître qu’on n’a pas fait le match qu’on avait imaginé », a ainsi admis Julien Stéphan, ajoutant « que cette équipe de Saint-Etienne a certainement davantage mérité sa qualification que nous ce soir ». L’entraîneur rennais a également « senti [son] équipe un petit peu inhibée par l’enjeu » et laisse poindre quelques regrets : « On ne s’est pas lâchés comme j’aurais pu l’imaginer, notamment dans le domaine offensif, où on a l’habitude de créer davantage de choses, de créer plus de mouvements. » Le défenseur Joris Gnagnon, peu en verve ce jeudi, abonde : « Saint-Etienne nous a étouffés, ils ont beaucoup eu le ballon. »

Le LOSC en chasse mais attention à l’OL pour la troisième place

Avec une seule compétition à disputer dorénavant, la Ligue 1, les objectifs de fin de saison deviennent en tout cas très clairs pour le club breton. « Maintenant, le rendez-vous le plus important, c’est Montpellier (dimanche) et le championnat », indique Joris Gagnon. Confirmation de Julien Stéphan : « La saison n’est pas terminée, on a encore de belles choses à faire dans ce championnat. On a des échéances importantes qui arrivent. On doit se remobiliser très vite et repartir de l’avant. »


Si l’OM semble avoir un petit matelas conséquent pour conserver sa seconde place, la troisième place du Stade Rennais ne tient, elle, qu’à un fil avec le LOSC qui chasse un point derrière. Mais son principal concurrent en cette fin de saison pourrait bien être l’OL, qui accuse encore six points de retard mais se trouve actuellement en plein renouveau. La lutte s’annonce passionnante !