ASSE-Reims : « C’est regrettable de s’entourer de la sorte »… Puel encense Moulin tout en taclant Ruffier et son agent

FOOTBALL A en croire les déclarations de Claude Puel, ce dimanche après le cruel nul (1-1) contre Reims, Stéphane Ruffier a peu de chances de reporter le maillot de l’ASSE d’ici la fin de la saison

Jérémy Laugier

— 

Stéphane Ruffier, ici lors du quart de finale de Coupe de France remporté à Nancy contre Epinal (1-2).
Stéphane Ruffier, ici lors du quart de finale de Coupe de France remporté à Nancy contre Epinal (1-2). — POL EMILE / SIPA/SIPA
  • Claude Puel a fait le choix d’aligner ce dimanche en Ligue 1 Jessy Moulin et non Stéphane Ruffier dans le but stéphanois.
  • Au vu de la réaction du gardien numéro un, indiscutable depuis 2011 à l’ASSE, mais surtout de celle de son agent, il est peu probable que Claude Puel ne titularise pas sur la durée Jessy Moulin.
  • Après la rencontre, l’entraîneur des Verts a en tout cas annoncé à demi-mot que Stéphane Ruffier ne réintégrerait pas le groupe qui disputera un bouillant derby dimanche prochain.

Au stade Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne),

« Claude Puel crache sur une légende de l’AS Saint-Etienne. » Cette punchline aussi inattendue que lunaire a rendu célèbre vendredi Patrick Glanz, agent de Stéphane Ruffier. En faisant le tour des médias pour dézinguer l’entraîneur des Verts et balancer au passage des dossiers du vestiaire, celui-ci a sans doute réussi trois choses : clarifier à moyen terme la situation au poste de gardien de but dans l’esprit de Claude Puel, permettre à ce dernier d’obtenir à coup sûr le soutien de la direction de l’ASSE sur ce dossier Ruffier, et ternir cette image de « légende » du club de son client.

Sur ce point, les Magic Fans n’ont pas attendu le coup d’envoi du match face à Reims (1-1) ce dimanche pour préciser via une banderole : « La légende de l’ASSE, c’est son institution ! ». Sur le reste, au lendemain d'un communiqué (légitimement) offensif du club, Claude Puel s’est évidemment chargé d’assumer sa décision de privilégier Jessy Moulin (34 ans), le remplaçant historique de Stéphane Ruffier (depuis 2012) pour cette rencontre. Et ce quitte à gonfler sa performance du jour, dans laquelle il n’a quasiment rien eu à faire (deux tirs cadrés côté rémois), hormis sortir une tête menaçante de El Bilal Touré (61e).

« Pas de raison à ce qu’il ne joue pas le derby »

Une gaffe sur une relance à la main directement sur un attaquant adverse aurait même pu coûter cher aux Verts en fin de rencontre (84e). « Il a fait ce qu’il avait à faire et il a été déterminant, assure donc Claude Puel. Il a fait son match avec les qualités qu’on lui connaît. » De quoi lui garantir de disputer dimanche prochain son deuxième derby de la saison, Stéphane Ruffier ayant manqué le succès de l’aller (1-0) en raison d’une blessure à la main gauche ? « Je ne vois pas de raison à ce qu’il ne joue pas le derby. Il est dans une bonne forme et c’est un excellent gardien. On a la chance d’avoir deux très bons gardiens, je suis satisfait des deux. Je pense qu’il est apte à jouer le derby. »

Mais Claude Puel, qui a réintégré Thimothée Kolodziejczak après avoir également été en conflit ouvert avec lui, peut-il reprendre « Ruff' » dans le groupe à court ou moyen terme ? « Je ne pense pas qu’il y ait de nouveau venu dans l’équipe [pour le derby]. Après, je n’en sais rien, je me concentre sur ceux qui sont présents, qui sont dans un collectif, et dans les dispositions pour tout donner pour l’équipe, c’est tout. Et ce quels que soient les joueurs. »

« Ça ne vaut pas la peine de commenter »

Avec pour conclure un petit scud à destination de Patrick Glanz, ce qui devait sérieusement le démanger depuis vendredi : « C’est regrettable pour Stéphane de s’entourer de la sorte, tout simplement. C’est son problème et sa responsabilité mais c’est regrettable d’être entouré par cet individu. Après, il n’y a pas grand-chose à commenter, ça ne vaut pas la peine ». Longtemps inoffensifs ce dimanche puis malheureux dans le temps additionnel (penalty concédé de Boulaye Dia), les joueurs stéphanois ont répété « essayer de faire abstraction du contexte », à l’image de l’expérimenté Yohan Cabaye. Quant à Jessy Moulin, formé au club et très apprécié des supporters, il est revenu sur sa fin de semaine pour le moins spéciale.

C’est sûr que c’était assez particulier dans la préparation. Mais ça fait partie du métier et j’aurais des choses à raconter. Ce sont les aléas du football, il y a eu 48 heures mouvementées mais pas seulement pour moi, pour le club et l’équipe. J’étais fier et content d’être sur le terrain aujourd’hui. »

Grâce au sabordage du duo Ruffier-Glanz, il pourra également profiter du derby, d’une demi-finale de Coupe de France et sans doute des 11 derniers matchs de championnat afin de sauver son club de cœur dans l’élite.