ASSE-Reims : Dia fait très mal à des Verts bien malades en égalisant au bout du temps additionnel (1-1)... Revivez le match avec nous

FOOTBALL Les hommes de Claude Puel ne conservent que deux points d'avance sur le barragiste (Nîmes) après avoir concédé un nul cruel (1-1) contre Reims ce dimanche 

Au stade Geoffroy-Guichard, Jérémy Laugier

— 

A l'image de Franck Honorat, les Stéphanois se sont montrés peu menaçants ce dimanche face à Reims. PHILIPPE DESMAZES
A l'image de Franck Honorat, les Stéphanois se sont montrés peu menaçants ce dimanche face à Reims. PHILIPPE DESMAZES — AFP

Allez les amis, on vous laisse sur ce nul (1-1) qui semble logique au vu de ce tout petit match. Mais vu le scénario, c’est extrêmement frustrant pour les hommes de Claude Puel, qui ont tenu leur avantage sans trop souffrir jusque dans le temps additionnel. Cette erreur de Yann M’Vila, coupable d’avoir fait trébucher Boulaye Dia au coin de la surface, coûte donc deux points aux Verts (15es). Ceux-ci conservent deux points d’avance sur Dijon et Nîmes (17e et 18e). Mais à une semaine du derby, la situation est toujours plus que chaude. Merci beaucoup de nous avoir suivis cet aprem. On file aux réactions des joueurs/coachs et on vous propose des articles de retour sur cette rencontre ce soir sur 20minutes.fr. La bise.

Et c’est la fin juste derrière. Ces Verts sont quand même bien dans le trou, à l’image de ce scénario bien dur à avaler pour eux.

90e+2 : Ouuuuuuuuh penalty sifflé par Benoît Bastien, M’Vila ayant selon lui déséquilibré Dia parti dans son dos. Ce n’est pas évident du tout. Le VAR confirme la décision, Dia a bien joué le coup comme on a coutume de dire, il y a bien léger contact. L'attaquant rémois transforme, ne manquant pas d'aller chambrer le kop sud derrière (1-1, 90e+4).

 

90e : Impeccable Saliba pour devancer Abdelhamid sur un ballon assez chaud. Les Verts tiennent le bon bout.

87e : Ça sent quand même la fébrilité jusqu’au bout côté Sainté au moment de fêter son premier succès en L1 depuis le 25 janvier contre Nîmes (2-1). Pour rappel, celui qui précédait remonte au 4 décembre (4-1 face à Nice).

84e : Reims est quand même sacrément inoffensif, et encore plus depuis les sorties de Doumbia et Touré. Il faut une relance à la main complètement manquée par Moulin (82e) ou un M’Vila qui trébuche devant sa surface (84e) pour faire passer un léger frisson dans le Chaudron.

80e : L’ASSE est enfin libérée : Kolodziejczak adresse un centre malin et Bouanga, à la lutte avec Abdelhamid, n’est pas si loin que ça de s’offrir un doublé.

73e: Buuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut stéphanois !!!! Au moment où on n'espérait plus grand-chose, Franck Honorat balance un centre impeccable pour Denis Bouanga. L'ancien Nîmois, si déterminant en fin d'année 2019 (c'est déjà son 9e but en L1), monte plus haut que Thomas Foket et catapulte la balle dans les buts de Predrag Rajkovic. Quelle libération XXL pour le Chaudron !

 

70e : Les Magic Fans poussent les Verts, il n’y a rien à dire. Mais c’est sûr qu’à chaque passe en retrait ou temps faible, les sifflets ne tardent pas à arriver. Là, Boudebouz, moyen aujourd’hui (comme très souvent cette saison), vient d’être conspué par le Chaudron, au moment d’être remplacé par le latéral péruvien Miguel Trauco.

66e : Nous nous voulons optimistes dans cette deuxième période donc nous aimerions ne pas décrire cet étrange centre-tir de « Kolo ». Mais le « qu’est-ce que c’est que cette frappe de meeeeerde ? » lâchée par un gosse derrière se raconte.

61e : Au tour d’El Bilal Touré de se mettre en valeur : sa tête est difficilement claquée par Jessy Moulin. Arrêt pas facile à réaliser pour l’habituel remplaçant de Stéphane Ruffier. On est clairement face aux cinq minutes les plus emballantes de la rencontre.

57e : OMG première vraie frappe dangereuse de la rencontre pour Ryad Boudebouz ! Vous ne rêvez pas, on tient notre occase, enflammons-nous comme jamais (en vrai dans un gros match, on aurait à peine écrit cette action dans le live). Rajkovic claque sans trop de mal le ballon en corner.

54e : Dans la continuité de l’action, El Bilal Touré fait apprécier ses qualités en mystifiant à deux reprises Yann M’Vila par ses contrôles orientés et sa vitesse d’exécution. Ça ne donne rien derrière mais il a bien quelque chose cet attaquant.

54e : Honorat aurait aimé obtenir un penalty après un léger accrochage avec Disasi. Il n’y a rien selon Benoît Bastien, mais aussi selon les arbitres VAR du jour.

50e : Les 24.868 heureux spectateurs du jour ont failli enfin vibrer. Mais Denis Bouanga n’est pas parvenu à bénéficier d’une hésitation de Foket dans la défense rémoise pour s’emparer du ballon en pleine surface. Predrag Rajkovic peut retourner roupiller tranquille.

Et c’est reparti. On ne l’aurait pas parié, ce 4-4 qui nous attend dans les 45 prochaines minutes, hein ?

 

Bon, avant que cette deuxième période ne reprenne, on a eu droit à la mi-temps à quelques frappes des fameuses « Mamies foot ». Elles ont réussi le challenge de détendre le public du Chaudron, ce qui n’était pas une mince affaire aujourd’hui.

C’est la mi-temps à Sainté, RAS ou presque, pfiouuuu quel désert niveau jeu/actions. La seule grosse frappe du match est signée Moussa Doumbia, avec une parade de Jessy Moulin à la clé (45e). Problème : Chavalerin avait été signalé hors-jeu juste avant. L'ennui jusque-là se résume dans ces stats ci-dessous.

 

@cocoric002 « J’espère quand même que St Étienne sans s’en sortira, ça serait triste de voir st Étienne faire comme Lens, jouer aussi en d2 avec un tel public ! »

Entièrement d’accord, mais on a quand même la sensation que cette équipe est tellement dans le trou qu’elle serait déjà rassurée, voire comblée en ne prenant qu’un point aujourd’hui contre Reims. Le trouillomètre est bien là et ça peut vite sentir l’hostilité dans les kops si Reims ouvre le score. Et derrière, ça peut être chaud pour la fin de saison tant cette équipe n’était pas préparée à devoir sauver sa peau cette saison.

42e : Ça y est enfin un ballon « chaud » touché par Jessy Moulin qui claque en corner une frappe soudaine de Boulaye Dia… qui filait à côté. Dure de bien vous la vendre cette première, vous l’aurez bien compris les amis.

38e : La seule bonne nouvelle pour les Verts, c’est qu’ils ont remis le pied sur le ballon, dans un 4-3-3 finalement avec bien Yann M’Vila derrière et non au milieu, et une triplette Boudebouz-Bouanga-Diony devant. Jessy Moulin est bien tranquille jusque-là, et n’a donc presque pas à gérer le paramètre « soleil en pleine tronche » durant toute cette première période.

Et voilà le petit scud attendu à l’encontre de Stéphane Ruffier, qualifié de « légende » par son agent dans tous les médias. Le kop nord s’y est collé.

 

32e : Coup franc très bien placé pour Sainté mais Loïs Diony nous lâche une frappe incroyablement inoffensive… et sur le talon de Denis Bouanga. Vous avez dit équipe dans le doute ?

27e : Woooh limite taekwondo cette spectaculaire intervention de Disasi sur Diony. Mais l’ancien Dijonnais se relève et le défenseur rémois passe à côté d’un avertissement qu’il n’aurait pas volé.

26e : Costaud, très costaud même le futur Gunner William Saliba au moment de s’interposer devant El Bilal Touré en pleine surface, avant d’assurer une relance propre derrière. Ca fait un duel à 36 ans mine de rien, l’âge de Jacques-Alaixys Romao (sur le banc du Stade de Reims cet aprem), CQFD.

Petit point humour champenois.

 

18e : Premier tir cadré du match pour les Verts. Rien de foufou hein, puisque Loïs Diony a tenté sa chance en étant totalement excentré sur la droite de la surface rémoise. Il en faudra bien plus pour tromper le si solide Predrag Rajkovic.

14e : Après Moussa Doumbia deux minutes plus tôt, c’est au tir de Boulaye Dia de balancer une bonne minasse de loin. Ça passe assez nettement à côté mais on sent les Rémois sans le moindre complexe dans ce début de match, à l’image de ces frappes de loin enchaînées.

10e : Le Stade de Reims contrôle toujours le tempo jusque-là, avec surtout côté stéphanois deux joueurs très vite touchés, Denis Bouanga et Mathieu Debuchy. Mais ils se sont réveillés. Heureusement pour l’ASSE, au vu de sa situation critique, un point devant Dijon (18e), et avec un banc de touche ne faisant guère rêver : Gabriel Silva, Trauco, Maçon, Diousse, Rivera et Abi.

Petit retour sur l’avant-match, avec notamment un message clair et net du kop sud des Verts : « Vous n’avez pas de fierté… On n’a pas de tifo ! ».

 

5e : Première alerte sur les buts de Jessy Moulin, titularisé sans surprise ce dimanche. Centre dangereux de Moussa Doumbia dégagé tant bien que mal par la défense des Verts. Reims est bien rentré dans son match.

C'est parti dans le Chaudron, sous un soleil et une chaleur bien improbable fin février dans le Forez.

14h50 : Côté rémois, David Guion fait encore confiance devant au prometteur attaquant malien, El Bilal Touré (18 ans).

 

14h45 : Hello tout le monde ! Bienvenue dans le Chaudron où l’ambiance est jusque-là nettement plus tranquille qu’avant ASSE-OM récemment. On attaque par la compo stéphanoise, sans doute dans un 3-5-1-1 avec Saliba, Kolodziejczak et M’Vila derrière, et Boudebouz en soutien de Diony. A confirmer dans 15 minutes car avec ce filou de Claude Puel, c’est dur d’être fixé.

 

14 h : Allez, pour vous faire patienter, voici deux lectures 20 Minutes d’avant-match. On commence par un topo sur ce conflit Ruffier-Puel qui a poussé samedi la direction de l'ASSE à réagir via un communiqué, surtout afin de s'élever contre les multiples sorties médiatiques lunaires de Patrick Glanz, l'agent du gardien stéphanois.

Et puis après la défaite face à l'OM, on s’est penché sur les principales raisons de (déjà) s’inquiéter pour les Verts, en pleine dégringolade. Avec cette phrase pleine de déni de Franck Honorat : « On se dit qu’on doit être dans les cinq premiers ». Encore aujourd’hui après avoir pris une nouvelle fois l’eau chez le promu brestois (3-2), dimanche dernier ? On se retrouve à 14h45 pour vous donner les compos et l'ambiance d'avant-match à Geoffroy-Guichard.

 

Bien le bonjour à tous les 20 Minutos ! Bienvenue dans un Chaudron qui risque d’être hypra tendu ce dimanche aprem au vu des résultats désastreux des Verts depuis de longues semaines en Ligue 1. OK, Sainté accueillera une demi-finale de Coupe de France dans dix jours contre Rennes, ce qui n’est pas rien. Mais imaginez un peu l’ampleur de la série noire des joueurs de Claude Puel (16es) : ils restent sur huit défaites sur les neuf dernières journées de championnat et ne comptent plus qu'un point d’avance sur Dijon, barragiste. Hasard du calendrier, c’est au match aller à Reims que le calvaire a démarré le 8 décembre, avec un revers (3-1). Rien que cette semaine, le directeur de la cellule recrutement David Wantier aurait été limogé et le capitaine Loïc Perrin a quitté l’entraînement jeudi touché à la hanche, et donc forfait ce dimanche (comme Fofana suspendu, plus Hamouma, Khazri, Nordin et Youssouf blessés). Et surtout, le « Ruffiergate » a éclaté vendredi, lorsque le gardien emblématique des Verts a zappé l’entraînement après que Puel lui a annoncé que Jessy Moulin prendrait sa place dans les buts contre Reims. Dans la foulée, son agent Patrick Glanz a dézingué comme pas permis le coach stéphanois chez de nombreux confrères, et Ruffier est sans surprise hors du groupe ce dimanche.. La dynamique est évidemment meilleure côté Stade de Reims (seul le TFC a fait pire en même temps), avec surtout un succès surprise contre Rennes (1-0) il y a une semaine. Pourquoi ne pas rêver d’Europe pour la bande à David Guion, qui deviendrait 5e en cas de perf' dans le Forez ? On vous raconte très vite tout ça sur 20 Minutes.

» Rendez-vous à 14h45 pour le début du live, et coup d’envoi du match à 15 heures