Coupe de France : « C’est une autre histoire»... Le Stade Rennais ne veut pas trop repenser au titre de l’an dernier

FOOTBALL Tenants du titre, les Bretons se rendent à Saint-Etienne jeudi soir pour leur deuxième demi-finale de Coupe de France en deux ans

Camille Allain

— 

L'entraîneur du Stade Rennais Julien Stéphan a «une envie folle de retrouver le Stade de France».
L'entraîneur du Stade Rennais Julien Stéphan a «une envie folle de retrouver le Stade de France». — Insidefoto / SIPA
  • Tenant du titre, le Stade Rennais joue sa demi-finale de Coupe de France à Saint-Etienne jeudi soir.
  • Jamais battu dans la compétition, l’entraîneur Julien Stéphan n’a jamais parlé à ses joueurs de l’épopée de l’an dernier.
  • Seuls quatre des onze titulaires de la finale gagnée face au PSG joueront jeudi soir à Geoffroy-Guichard.

« Je ne veux pas faire de comparaison ». En quelques mots, Julien Stéphan a tenté d’évacuer les questions sur le parcours de ses joueurs l’an dernier en Coupe de France, qui avait débouché sur une victoire inattendue du Stade Rennais aux tirs au but face au PSG. A deux jours de la demi-finale à Saint-Etienne, le coach breton n’a pas envie que l’on compare son effectif actuel aux héros de l’an dernier. « C’est une histoire différente. L’année dernière, c’était l’année dernière, avec un groupe, avec une histoire. Cette année, c’est une autre histoire avec un autre groupe ».

Moins d’un an après avoir soulevé le trophée, le tenant du titre a vu son effectif se métamorphoser. Mexer, Sarr, Ben Arfa, Bensebaini, André et Koubek partis, seuls quatre des 11 titulaires de la finale joueront à Geoffroy-Guichard jeudi (Da Silva, Traoré, Niang et Bourigeaud, Grenier étant blessé). « Ce sont deux expériences différentes. On ne peut absolument comparer. C’est un nouveau groupe qui est apparu cette année, qui s’est construit en faisant un excellent début de championnat. On a tous connu un moment compliqué en septembre-octobre, qu’on a parfaitement bien négocié en interne. Ça nous a soudés, ça nous a permis de vivre une expérience très riche. C’est leur histoire, leur compétition », martèle le coach avec aplomb.

Jamais battu en dix matchs de Coupe de France, Julien Stéphan n’aurait même jamais parlé du parcours de la saison dernière à ses joueurs. « Il a été très clair dès le premier match contre Amiens. Ce qui s’est passé l’année dernière, c’était beau pour ceux qui l’ont vécu mais aujourd’hui, c’était notre propre histoire, avec ce groupe. Il nous a dit qu’il ne parlerait jamais de ce qu’il s’est passé l’année dernière », assure le gardien Edouard Mendy, arrivé l’été dernier.

« Ça m’a donné envie de rejoindre ce club »

L’an passé, le Sénégalais avait vu ses potes de sélection Mbaye Niang, Ismaïla Sarr et Abdoulaye Diallo soulever la coupe un soir d’avril. Un premier titre depuis 1971 qui avait convaincu le longiligne portier de signer en Bretagne. « Voir mes compatriotes soulever des trophées et aller loin en Coupe d’Europe, ça m’a donné envie de rejoindre ce club », reconnaît le gardien. « On veut défendre notre titre. On a une envie folle de retourner au Stade de France », embraye son coach.

Tenants du titre, les Rennais refusent pour autant le statut de favori face à des Verts en pleine crise en championnat, et à l’effectif décimé par les blessures. « Saint-Etienne, c’est une équipe qui est programmée au départ pour jouer l’Europe. Sur un match, elle peut élever son niveau de jeu. Le classement en championnat n’aura pas d’incidence jeudi. C’est une autre compétition. Je pense qu’ils joueront là-dessus. La pression sera forte sur eux. Il faudra aller faire un exploit », assume le coach Julien Stéphan. L’an passé, ses joueurs l’avaient réalisé en allant battre Lyon dans son stade. La suite, vous la connaissez.