ASSE-Rennes : Les Verts retrouvent la finale au bout du suspense, 38 ans après

FOOTBALL Les Stéphanois se sont imposés dans les arrêts de jeu (2-1), ce jeudi, face au Stade Rennais et affronteront le PSG en finale de Coupe de France

Manuel Pavard
— 
La joie de Denis Bouanga et Ryad Boudebouz, auteur du but vainqueur dans les arrêts de jeu.
La joie de Denis Bouanga et Ryad Boudebouz, auteur du but vainqueur dans les arrêts de jeu. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Au Stade Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne),

Les plus anciens ne l’ont pas oublié. En 1982, l’AS Saint-Etienne disputait et perdait sa dernière finale de Coupe de France face au PSG, à l’issue d’un match mémorable. Trente-huit ans après, les Verts retrouveront donc les Parisiens au Stade de France, le 25 avril prochain, après une qualification décrochée au bout du suspense, ce jeudi, face au Stade Rennais (2-1).

Kolodziejczak-Diony, le tandem qui a ouvert la voie

L’un est latéral gauche, l’autre avant-centre, et les deux Stéphanois n’ont jamais entretenu une relation technique privilégiée. Pourtant, à l’image de leurs partenaires, incisifs d’entrée et méconnaissables – dans le bons sens du terme – par rapport au derby, Timothée Kolodziejczak et Loïs Diony ont fait le show en première période. Il y a d’abord eu le coup d’essai avec une superbe ouverture du défenseur pour son attaquant, qui n’a pu trouver le cadre (14e). Mais ce n’était que partie remise. Menés au score, les deux hommes ont ensuite inversé les rôles avant la pause, Diony brossant un centre du droit parfait pour la tête arrière de Kolodziejczak, qui a trompé Mendy (1-1, 42e).

Des Rennais en mode diesel et décevants

Le Stade Rennais rêvait d’un bis repetita face au PSG. Malheureusement pour eux, les hommes de Julien Stéphan n’ont pas mis les ingrédients nécessaires pour bousculer des Verts plus volontaires. Dominés en 1re mi-temps, les Bretons ont d’abord cru réussir le hold-up parfait en ouvrant le score sur un penalty de Niang (0-1, 31e), consécutif à une faute de Saliba sur Raphinha. Plus dangereux après la pause, notamment grâce aux coups francs de Bourigeaud et à quelques tentatives de Niang, les Rennais sont cependant restés trop timorés.

Le héros Boudebouz délivre tout un stade

L’ASSE avait beau hausser le rythme dans les derniers instants, avec une double occasion de Debuchy et Abi, on semblait s’acheminer vers les prolongations. Mais il fallait un héros et qui de mieux qu’un ancien paria, passé par des moments difficiles depuis son arrivée : Ryad Boudebouz. Dans les toutes dernières secondes, suite à une passe de Saliba réceptionnée par Bouanga à l'entrée de la surface, l'ancien Nîmois a laissé le ballon à Boudebouz qui arrivait lancé. L’international algérien ne s'est pas fait prier et a déclenché une frappe victorieuse au ras du poteau (2-1, 94e). La messe était dite et le peuple vert pouvait envahir la pelouse de Geoffroy-Guichard au coup de sifflet final, dans une ambiance survoltée. La nuit s’annonce longue et festive à Saint-Etienne.