FC Nantes : Le centre de formation du FCN ne devrait plus faire partie du gratin en fin de saison

FOOTBALL La Direction technique nationale (DTN) a proposé de faire grimper six centres de formation de clubs français en catégorie Prestige. En manque de structures à la Jonelière, le FCN n’en fait pas partie

David Phelippeau

— 

La Jonelière, centre d'entraînement du FC Nantes.
La Jonelière, centre d'entraînement du FC Nantes. — @FCNantes/Arnaud Duret.
  • En fin de saison, le centre de formation du FCN ne devrait pas passer en catégorie Prestige, un nouvel échelon créé par la Fédération française de football.
  • Tout sauf une surprise pour une Jonelière, qui manque cruellement de places pour accueillir ses différentes sections.
  • Samuel Fenillat, directeur du centre de formation de Nantes, explique ce qu’il manque au club pour faire partie du gratin et les conséquences.

Une suite finalement logique. Lorsque le courrier de la DTN (Direction technique nationale) est arrivé sur le bureau de la direction et qu’il a été prévenu de son contenu, Samuel Fenillat, le directeur du centre de formation du FC Nantes, n’a même pas été surpris.

Le centre de formation du FCN ne devrait pas passer en catégorie Prestige, un nouvel échelon créé par la Fédération française de football. Seuls Lyon, Paris, Marseille, Reims, Auxerre et Monaco devraient accéder à ce rang supérieur dans quatre mois. « C’est une simple proposition de la DTN, ça sera entériné en fin de saison », précise Fenillat.

Manque de place à la Jonelière

La formation nantaise ne sera pas rétrogradée, elle va rester en catégorie 1. Pourquoi cette absence de promotion pour le club ? « On ne peut pas prétendre à cette catégorie Prestige non pas en raison de nos moyens humains que l’on remplit [nombre de diplômes, d’éducateurs etc.], mais plutôt au regard de la configuration structurelle actuelle du centre. »

Comme évoqué depuis des mois et des mois, la Jonelière, site pour lequel les Bâtiments de France ont refusé une extension, est beaucoup trop petite pour accueillir les différentes sections du FC Nantes.

Pour pouvoir postuler à la catégorie Prestige, des travaux («rénovation des vestiaires notamment ») et la construction de nouvelles structures («système de vidéos, salle de performance, des cabinets médicaux et de soins etc. ») sont nécessaires. « Il faudrait qu’il n’y ait plus que le centre de formation qui soit présent sur le site et donc que l’école de foot et la section féminine ne soient plus là », précise aussi le directeur du centre de formation. Une configuration proposée par la mairie de Nantes en fin d’année 2019 avec un déménagement de ces deux entités aux Basses Landes, mais refusée par la direction du FCN.

Un déménagement à Pont-Saint-Martin au point mort

En toile de fond, le déménagement de la Jonelière, souhaité par Waldemar Kita depuis plusieurs mois. Les négociations du président nantais avec les propriétaires de terrains à Pont-Saint-Martin semblent au point mort.

« On peut rester comme on est, mais quand on n’avance pas, on recule, regrette Fenillat, qui précise néanmoins qu’il n’y a pas d’incidences financières à ne pas accéder au rang suprême. Nantes se doit à terme d’être dans cette catégorie Prestige. Les clubs, qui en feront partie, vont mettre ça en avant et vanter des meilleures conditions d’accueil. En termes d’attractivité, c’est plus vendeur. Connaissant le président Kita et pour en avoir discuté avec lui, il souhaite qu’on soit dans cette catégorie, mais quand et de quelle manière ? Il n’y a que lui qui peut y répondre. » Interrogée sur ce sujet, la direction nantaise n’a pas souhaité en dire davantage.