OM-FC Nantes: Après le « calvaire » contre Metz, comment les Nantais ont livré leur « meilleur match » à Marseille

FOOTBALL Les joueurs de Christian Gourcuff ont affiché face à l’OM (1-3) un visage très différent de celui montré contre Metz à domicile (0-0). Une histoire de motivation, de plan de jeu… et de pelouse

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Les Nantais, ici après le but d'Anthony Limbombe, ont montré à Marseille un visage très différent de celui affiché à la Beaujoire face à Metz.
Les Nantais, ici après le but d'Anthony Limbombe, ont montré à Marseille un visage très différent de celui affiché à la Beaujoire face à Metz. — AFP
  • Les joueurs du FC Nantes reconnaissent qu’un surplus de motivation leur a permis de battre Marseille (1-3), une semaine après un pitoyable match nul contre Metz (0-0).
  • Leur entraîneur Christian Gourcuff évoque aussi, en guise d’explications, une tactique pertinente… Et une superbe pelouse au Vélodrome.

Christian Gourcuff​ n’a pas le compliment facile. Mais ce samedi, au Vélodrome, l’austère entraîneur breton a tenu à féliciter ses joueurs. Cette victoire face à l’OM ( 1-3) est selon lui « notre plus grosse performance depuis le début de la saison, parce qu’on contrôle la partie du début à la fin. C’est une grosse satisfaction. » Un coup de brosse à reluire après son coup de gueule de samedi dernier.

Ses Canaris, apathiques et maladroits face à Metz (0-0), étaient ce samedi surmotivés et tueurs. « Il est possible que ce soit notre meilleur match », sourit le milieu Mehdi Abeid. « Ce match était un peu meilleur (sic) que celui contre Nice (1-0, en octobre), qui était notre référence jusque-là », confirme le défenseur Dennis Appiah. Mais pourquoi ? On vous a trouvé trois explications (qui riment).

Un surplus de motivation

« Est-ce que vous choisissez vos matchs ? » La question a fait sourire l’affable Dennis Appiah, qui a d’abord répondu par la négative, avant d’avouer « qu’on essaye de se sublimer sur ces matchs-là, on essaye d’être au rendez-vous. » Donc vous les choisissez, Dennis ? « Je n’aime pas dire ça, mais c’est plus facile d’être concentrés sur ces matchs-là que sur d’autres. » Andrei Girotto avoue lui aussi que « jouer devant 60.000 personnes, ça fait du bien et ça motive pour jouer au plus haut niveau. »

Leur coach, Christian Gourcuff, avait déjà identifié ce phénomène. Son équipe a toujours, cette saison, haussé son niveau de jeu contre les « gros » du championnat, sans forcément gagner. « Quand on se déplace à Marseille, c’est autre chose en termes de concentration et d’investissement, reconnaît-il. Mais c’est vrai pour toutes les équipes… Et toutes n’ont pas gagné ici ! » Effectivement : seul Reims s’est imposé au Vélodrome, cette saison. Cette explication n’est donc pas suffisante.

Un plan de jeu aux petits oignons

« On a un effectif beaucoup plus conséquent qu’il y a quelques semaines, ça nous rend plus compétitifs » : Christian Gourcuff relativise son rôle dans cette victoire face à l’OM. Le retour au top niveau de Nicolas Pallois (qui avait repris contre Metz après un mois et demi d’absence) et le fait qu’Anthony Limbombe soit enfin en pleine forme sont, pour sûr, des facteurs qui expliquent cette victoire. Mais Gourcuff, qui avait choisi de mettre sur le banc son capitaine Abdoulaye Touré, a aussi réussi un joli coup tactique au Vélodrome.

« Le coach a bien travaillé, il a mis les bons joueurs pour mettre en difficulté Marseille », se marre le bon client Dennis Appiah. On le laisse développer sur le système de jeu :

« Marseille aime utiliser la largeur, les latéraux sont très haut. Donc à la perte de balle, même s’ils reviennent vite, si on arrivait à les fixer deux trois fois dans l’axe et après aller sur les côtés, on avait de quoi manger (sourire). On les a beaucoup fait travailler sur les retours et après ils avaient moins de jus pour attaquer. Et on a bien terminé nos actions ! »

Auteur d’un but magnifique, Kader Bamba confirme « que le système avec deux lignes de quatre et les deux de devant a bien fonctionné. » L’opération portes ouvertes des Marseillais a bien aidé, comme le dit Mehdi Abeid : « Metz, je ne dis pas qu’ils balançaient tout le temps, mais ils aiment bien jouer un jeu direct. C’était plus difficile de poser notre jeu. Marseille était une équipe plus joueuse, qui essayait de sortir de derrière, ce n’est pas du tout le même style. »

Et une super pelouse ? Parlons du gazon…

Le FC Nantes peut envoyer ses jardiniers en stage à Marseille. Christian Gourcuff a beaucoup apprécié la pelouse du Vélodrome – un vrai billard. L’entraîneur nantais a spontanément évoqué le gazon marseillais pour expliquer le bon niveau de son équipe ce samedi… Et pour justifier ses piètres performances, dernièrement, à domicile :

« Les séquences où on pouvait jouer à une touche ce soir, ça aurait été beaucoup plus difficile à la Beaujoire. C’est un facteur qui nous bride à domicile. »

Pour changer définitivement de visage, le FC Nantes doit-il se faire greffer une nouvelle pelouse ? Waldemar Kita a fait fortune dans la chirurgie esthétique… L’idée d’une greffe pourrait coller.