Basket : Rudy Gobert « mérite d’être All-Star », clame Ronny Turiaf

BASKET L'ancien pivot lance un cri d'amour à son successeur chez les Bleus

Propos recueillis par Thibaut Gagnepain

— 

Ronny Turiaf au premier étage de la Tour Eiffel ce jeudi.
Ronny Turiaf au premier étage de la Tour Eiffel ce jeudi. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Que devient Ronny Turiaf ? On lui a demandé hier puisqu’il était de passage à Paris, à la veille du match NBA entre Milwaukee et Charlotte.
  • Le Martiniquais n’a pas changé. Détendu, cool, il a des opinions tranchées et les assume.
  • Il suit toujours les résultats de la NBA et les Français en particulier. Rudy Gobert doit être sélectionné pour le prochain All Star Game selon Ronny Turiaf, et Franck Ntilikina a un bel avenir devant lui.

Pouvait-il réaliser une autre entrée ? Fidèle à lui-même, Ronny Turiaf est arrivé détendu ce jeudi matin dans un salon de la Tour Eiffel. Il y était attendu comme ambassadeur de la NBA, comme un certain Kareem Abdul-Jabbar. Entre les deux, une nette différence de style.

Costume sombre et col roulé pour la légende des Bucks et des Lakers. Treillis, veste de jogging et chapeau à la Pharell Williams pour l’ancien international français, aussi cool dans ses fringues qu’avec ses interlocuteurs. Pour un one-to-one en toute simplicité à la veille du match entre Charlotte et Milwaukee, vendredi à l’AccorHotels Arena.

Qu’est-ce que ça fait d’être à Paris pour un match de NBA ?

« Je suis très heureux d’être ici… En n’étant pas joueur ! Ça me fait super kiffer. C’est un peu ce que j’ai vécu en 2016 quand je suis allé à Rio aux Jeux Olympiques en tant que spectateur. Je n’ai aucune pression, c’est super cool. »

Vous l’avez déjà vécu sur le parquet. C’était en 2010 pour un match de présaison perdu contre Minnesota avec les Knicks. Quel souvenir en avez-vous ?

« (Il souffle) Le mot qui me vient c’est "fatigue" ! Il fallait aller à droite à gauche, je n’avais pas fait un super match… Je n’avais pas profité de l’engouement et seulement vu l’hôtel. C’était sympa d’être là mais ça n’avait pas eu une meilleure saveur que de jouer avec l’équipe de France à Bercy. »

Quel est votre quotidien depuis l’annonce de votre retraite sportive en octobre 2016 ?

« J’ai plein de quotidiens ! Je médite, je fais un peu les activités que j’avais envie de faire, je travaille aussi avec la NBA en tant qu’ambassadeur. Non, je ne fais pas de tour du monde en bateau (comme Boris Diaw) mais je suis son assistant-skipper de temps en temps. On est par exemple allé en Afrique du Sud ensemble. Je vis ma vie à ma façon, au calme.

Et où vivez-vous ?

« (Il coupe avec le sourire) Je ne le dirai pas ! Disons entre la France où j’ai ma famille, les Etats-Unis pour mes amis et le business, et la Martinique où il y a mon père. Je suis heureux car j’ai l’opportunité de voyager avec la NBA, notamment dans un continent qui me tient à cœur, l’Afrique. Je redécouvre la vie ! »

Suivez-vous encore beaucoup la NBA ?

« Non ! Tu crois que je vais me réveiller à 3 heures du matin ou quoi (rires) ? Mais quand je bois mon café le matin, je regarde les stats. »

Quel regard portez-vous sur les Français de la NBA, vous qui étiez le sixième de l’histoire à y évoluer ?

« Je suis content pour eux. J’ai envie qu’Evan (Fournier) fasse des grosses perfs en play-off car c’est un gros travailleur et il le mérite. J’ai envie que Nico (Batum) réussisse des bons matchs et je suis content des débuts de Sekou Doumbouya (avec Détroit). J’ai aussi envie que Frank (Ntilikna) trouve un rythme où il sente bien tout le temps. Lui, ce n’est pas un joueur défensif mais complet. On le mettrait dans des équipes comme les Denver Nuggets, les Indiana Pacers, les Houston Rockets ou les Toronto Raptors, on en parlerait différemment. Frank est un joueur de système et a besoin d’évoluer avec des mecs qui vont voir comment le rendre meilleur. Il peut et il va s’imposer en NBA, j’en suis convaincu. »

Vous ne parlez pas de Rudy Gobert ?

« Non… Je l’ai fait exprès car les gens n’en parlent pas. Ça me fait chier de voir que ce qu’il fait n’est pas assez mis en valeur ! Il impacte le jeu de son équipe de manière magique et fait tout sur le terrain. Il mérite d’être All-Star et ce serait gravissime qu’il ne le soit pas. On parle quand même d’un gars qui a gagné deux fois le titre de meilleur défenseur. »

Y a-t-il un Français en NBA qui vous inspire aujourd’hui ?

« Tous car ils ont une histoire particulière. Par exemple, Thimothé (Luwawu-Cabarrot), on ne s’est jamais trop croisé et il ne sait donc pas que je suis fan. Il a fait des bons petits bouts de matchs ici ou là… J’ai envie que tous réussissent et qu’ils accomplissent leur rêve. »

Dernière question, qui seront selon vous les champions et le MVP en fin de saison ?

« Je vais dire les Toronto Raptors car ce sont les champions en titre. Je sais qu’ils ont déjà perdu pas mal de matchs mais c’est pour faire un peu de controverse ! Et comme MVP, roulements de tambour, je pense à Giannis (Antetokounmpo). Ce serait une belle histoire et ça en énerverait certains ! »