Basket : Revenu en Europe, l'international français Axel Toupane n'est « pas obsédé par la NBA »

BASKET L'international français a signé à Malaga l'été dernier et parle Euroligue. Sans s'interdire de retraverser l'Atlantique

Thibaut Gagnepain
— 
Axel Toupane face à l'Australie, lors du dernier Mondial en Chine.
Axel Toupane face à l'Australie, lors du dernier Mondial en Chine. — Mark Schiefelbein/AP/SIPA
  • Que devient Axel Toupane ? Médaillé de bronze l’été dernier, l’arrière-ailier joue depuis le début de la saison à Malaga, en Espagne. Où cela se passe bien !
  • Le natif de Mulhouse vient d’être rappelé par Vincent Collet pour les qualifications à l’Euro-2021. Une belle marque de confiance à quelques mois des Jeux Olympiques…
  • Axel Toupane rêve-t-il de retourner en NBA, qu’il a quittée en 2017 ? Il répond.

Dans le bus en direction d’Andorre ce lundi, Axel Toupane est désormais loin de tout ça. De ces heures d’avion presque quotidiennes, de ces décalages horaires réguliers ou de cet enchaînement de matchs qui rythme une saison NBA.

Fini Denver, La Nouvelle-Orléans ou Milwaukee, son quotidien s’écrit désormais au sud de l’Espagne, à Malaga. Il y est arrivé l’été dernier, après la belle Coupe du monde avec les Bleus et cette médaille de bronze historique. « Je ne regrette pas du tout mon choix, ça se passe bien », assure l’arrière-ailier de 27 ans, passé par Kaunas et l’Olympiakos les saisons précédentes. « On est irrégulier en championnat mais on reste dans nos objectifs. »

« Je suis un des éléments qui a le plus d’expérience »

Actuel huitième de la Liga Endesa, son Unicaja devrait disputer les play-off en fin de saison, tout comme ceux de l’EuroCup. Cette dernière compétition doit servir de tremplin pour retrouver l’Euroligue, la compétition reine sur le continent. « Pour y retourner, on peut aussi gagner le championnat mais je pense qu’on a plus de chance d’aller en finale de l’EuroCup », estime le natif de Mulhouse, qui a trouvé sa place dans l’équipe andalouse.

Il en a disputé quasiment tous les matchs, pour un temps de jeu moyen d’une vingtaine de minutes. « Je suis un des éléments qui a le plus d’expérience », réagit-il, en détaillant ses missions sur le terrain. Celui qui a fait sa réussite ailleurs et lui ouvre la porte de l’équipe de France. « Défendre, mettre du rythme en attaque et essayer d’apporter de l’adresse. Un rôle assez complet quoi ! »

Rescapé des Bleus

Au niveau statistique, cela donne environ huit points, trois rebonds et une passe décisive en moyenne par match. Avec des coups de chaud, comme celui contre Galatasaray mi-octobre. Axel Toupane avait alors signé 22 points en 23 minutes, avec un 5/8 à trois points. « Je suis bien meilleur en EuroCup », s’amuse-t-il.

Ses performances n’ont pas échappé au sélectionneur des Bleus. La semaine dernière, Vincent Collet l’a convoqué en vue des premiers matchs de qualification à l’Euro-2021, fin février. Avec Amath M’Baye et Paul Lacombe, il fait partie des rares rescapés de la dernière Coupe du monde.

Une bonne nouvelle en vue des Jeux Olympiques l’été prochain ? « Bien sûr que ça donne confiance en soi et qu’on se dit que ça va le faire mais rien n’est encore fait. Il va falloir encore bosser, nuance l’athlète de 2,01 m. Là, pour la prochaine fenêtre internationale, il faut aussi rappeler qu’il n’y a ni les joueurs d’Euroligue ni de NBA. »

Lui n’en fait donc plus partie. Pour le moment. Sans que le rêve américain ne se soit envolé. « Tant que je joue au basket, j’y penserai mais je ne suis pas obsédé par la NBA », lance-t-il, sans non plus se fermer à un retour à Strasbourg, dans le club de ses premières années pro. « Dans le futur, pourquoi pas. » Pour l’instant, c’est l’heure du trajet en bus. Andorre approche.