JO 2024 « Nos partenaires respectent les lois », assure le CIO à propos d’Airbnb

POLEMIQUE L'annonce d'un partenariat entre le Comité olympique et Airbnb avait provoqué la colère de la ville de Paris

N.C. avec AFP

— 

Le CIO a signé un partenariat avec Airbnb.
Le CIO a signé un partenariat avec Airbnb. — Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

« Nos partenaires respectent les lois du pays hôte », a assuré jeudi le président du Comité international olympique Thomas Bach à propos du partenariat avec la plateforme de locations entre particuliers Airbnb qui a suscité de vives critiques en France.

La maire de Paris Anne Hidalgo, en campagne pour sa réélection et qui a promis un référendum sur Airbnb, a écrit à Thomas Bach pour « l'alerter sur les risques et les conséquences » d’avoir accepté la plateforme comme l’un des principaux sponsors des JO, à cinq ans de Paris 2024.

Le CIO a répondu à Mme Hidalgo que « tous les top partenaires (du CIO) respectent les lois du pays hôte », a déclaré Thomas Bach jeudi lors d’une conférence de presse à Lausanne. Pour lui, cet accord de partenariat « est complémentaire de l’offre hôtelière et des hébergements traditionnels ».

Des contentieux en cours entre Airbnb et la ville de Paris

Airbnb a annoncé à la mi-novembre qu’il devenait l’un des principaux sponsors du CIO jusqu’en 2028, un contrat d’un montant évalué à 500 millions de dollars (450 millions d’euros). Cette annonce a déclenché la colère des hôteliers, qui accusent la plateforme de concurrence déloyale et ont décidé en réaction de suspendre leur participation à l’organisation de Paris 2024.

Plusieurs contentieux opposent le géant américain à la Ville de Paris. En février, la mairie a ainsi assigné en justice la plateforme, menacée d’une amende de 12,5 millions d’euros pour avoir mis en ligne 1.000 annonces pour des logements non enregistrés.