Biathlon : « La bataille ne fait que commencer », Fourcade a retrouvé ses jambes (mais pas encore son tir)

BIATHLON Le premier week-end de course a été rassurant pour le champion Français, même s'il n'est pas monté sur le podium du sprint à Östersund

B.V.

— 

Martin Fourcade
Martin Fourcade — Jonathan NACKSTRAND / AFP

Ce n’est pas trop dans l’ère du temps mais au fond, ce n’est pas vraiment fait exprès. Pour l’ouverture de la coupe de biathlon, l’équipe française s’est adonnée à un très bel exercice de déforestation en envoyant la moitié de ses balles dans les arbres environnants plutôt que sur les cibles de la piste d’Östersund, en Suède. C’est dommage, quand on sait que nos Bleus se sont tous placés entre la 5e et la 21e place du sprint​ avec au moins deux fautes au tir par tête.

En zone mixte après la course, au micro de l’Equipe21, chacun avait son explication. Pour Antonin Guigonnat, « la tension du premier week-end ». Pour Quentin Fillon-Maillet, un vent qui l’a « bousculé ». Et pour Martin Fourcade, le mieux classé de la bande, une « part de sa pensée » trop tournée vers le tir de son adversaire Johannes Boe que sur le sien.

« La bataille ne fait que commencer »

Résultat : deux fautes et une victoire qui s’envole au profit du Norvégien. Tant pis. L’important, c’est de retenir que Fourcade était dans l’allure de son grand rival et large vainqueur de la Coupe du monde l’an passé. Sur les skis, le Français ne lui a lâché qu’une seconde en dix bornes. « Bien sûr que je suis déçu de ce debout qui me coûte cher, mais j’ai pris du plaisir sur la piste à essayer d’être offensif et d’aller de l’avant, expliquait Fourcade à chaud, toujours sur l’Equipe21. Au niveau de l’état d’esprit et de l’attitude, c’est vraiment super. J’ai envie de surfer sur cet état d’esprit de jeunesse retrouvée. »

Compte tenu de la saison passée, c’est déjà pas mal. Lui qui avait l’impression de se retrouver « nu au milieu d’un champ de bataille » l’an passé semble avoir retrouvé des jambes. « Physiquement il est prêt pour cette nouvelle saison. Et mentalement je le sens aussi plus frais que la saison dernière. Il est en train de retrouver des sensations », nous expliquait son coéquipier Emilien Jacquelin avant cette course. Impression confirmée. « Là, j’ai retrouvé mes armes et elles sont aussi affûtées que celles des Johannes, conclut Fourcade. La bataille ne fait que commencer. » A condition quand même de laisser les arbres tranquilles.