FC Nantes-TFC : « Aujourd’hui, on n’a pas besoin de ça… », peste Kombouaré, remonté après l’arbitre

FOOTBALL Prématurément et injustement réduit à dix, Toulouse a subi une cinquième défaite (2-1) à Nantes, ce dimanche. Le TFC est lanterne rouge de la Ligue 1 pour la première fois

David Phelippeau

— 

Kouadio Koné a été expulsé injustement à la 24e minute.
Kouadio Koné a été expulsé injustement à la 24e minute. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Toulouse s’est incliné pour la cinquième fois d’affilée (2-1) ce dimanche à Nantes.
  • Koné a été très sévèrement expulsé dès la 23e, ce qui a constitué un tournant pour le TFC.
  • Antoine Kombouaré, le coach, pointe du doigt l’arbitrage.

Ce n’était déjà pas simple à onze contre onze pour Toulouse, alors, imaginez à dix contre onze pendant pas loin de soixante-dix minutes. Pour la première fois de la saison, le TFC, battu (2-1) à Nantes ce dimanche, vient de basculer à la dernière place de la Ligue 1. Une cinquième défaite d’affilée qui est non seulement due à la faiblesse des hommes de Kombouaré, mais aussi – il faut bien l’avouer – à un arbitrage qui ne les pas aidés. C’est un euphémisme.

A la 23e minute, alors que Nantes et Toulouse s’observaient dans une ambiance morne (la tribune Loire était fermée) et glaciale, Kouadio Koné a écopé injustement d’un deuxième carton jaune, synonyme de rouge. « J’ai revu les images, il n’y a pas de deuxième carton jaune, s’insurge l’entraîneur du TFC. On se retrouve à dix injustement et après, ça conditionne tout. Cela nous met en difficulté. Koné attaque le ballon et il est le premier dessus. C’est le Nantais [Traoré] qui fait faute. Il n’y a pas carton jaune, point barre. »

« On ne peut pas faire pire que ça maintenant », estime Gradel

Comme il y a une semaine contre Marseille, Toulouse s’est donc vite retrouvé en infériorité numérique. « Cela influe beaucoup sur le résultat, poursuit Kombouaré, à qui la Beaujoire ne réussit pas puisqu’il a concédé seize buts lors des cinq derniers matchs durant lesquels il était coach adverse (une défaite avec Dijon, trois avec Guingamp et une avec Toulouse désormais). Aujourd’hui, on n’a pas besoin de ça. » C’est certain, compte tenu de sa faiblesse, Toulouse n’a pas besoin de handicap supplémentaire dans cette période très compliquée. « On ne peut pas faire pire que ça maintenant, ose Max Gradel, qui a touché la barre sur coup franc en fin de match. Il faut relever la tête et bosser. Les choses ne tournent pas en notre faveur en ce moment. » Peut-être tout simplement parce que le TFC n’a pas le niveau pour se maintenir en Ligue 1.

Antoine Kombouaré, lui, veut y croire. « On a fait bloc, on a joué. On ne s’est pas désuni aujourd’hui. Aujourd’hui, il faut retenir ce qu’il y a de positif. » Comme cette fin de match et ce penalty inscrit par Leya Iseka qui ont redonné un semblant d’espoir dans le temps additionnel. La seule bonne nouvelle, c’est que Toulouse peut abandonner sa place de lanterne rouge dès mercredi soir avec la réception de Monaco au Stadium. Mais, pour cela, il faudra enfin gagner.