TFC : Le salut des Toulousains peut-il passer par sa jeunesse ? C'est même pas sûr

FOOTBALL Barragiste en Ligue 1, le TFC affiche une dynamique très négative, dans les résultats comme dans le jeu. Des jeunes comme Manu Kouadio Koné pourraient émerger, mais d’autres sont en difficulté

Nicolas Stival

— 

Manu Kouadio Koné lors de son premier match de Ligue 1, le 24 mai 2019 à Dijon.
Manu Kouadio Koné lors de son premier match de Ligue 1, le 24 mai 2019 à Dijon. — Jeff Pachoud / AFP
  • Le TFC a constitué un groupe « élite » cet été, avec une dizaine de néoprofessionnels pour compléter l’effectif professionnel.
  • Pour l’instant, Alain Casanova a très peu pioché chez ces jeunes, malgré le marasme sportif.

S’il a plus régulièrement côtoyé les abysses de la Ligue 1 que ses sommets ces dernières saisons, le TFC a souvent pu compter sur sa jeunesse pour sauver sa peau. A l’automne 2015, Dominique Arribagé avait ainsi lancé Issa Diop et Alban Lafont, acteurs majeurs d’un maintien miraculeux finalement piloté par Pascal Dupraz, successeur d’Arribagé sur le banc.

Quatre ans plus tard, Toulouse ne compte qu’un point d’avance sur la zone rouge. L’équipe reste sur cinq matchs sans victoire, dont trois défaites, son jeu est en décrépitude et le calendrier post-trêve assez effrayant (Lille et Lyon à domicile, Rennes à l’extérieur…). Pourtant Alain Casanova, en position délicate, rechigne à piocher dans le groupe élite constitué cet été pour compléter un effectif de 19 pros aguerris.

Déjà habitués à la L1 depuis la saison dernière, le défenseur Bafodé Diakité et le milieu de terrain Kalidou Sidibé font figure d’exception. Sinon ? Sur les onze autres éléments « élite », nés entre 1999 et 2001, seul le défenseur Mathieu Goncalves a fait une apparition, comme titulaire, lors de la raclée à Paris (4-0, le 25 août).

Des jeunes Violets trop verts ?

Fin septembre, Casanova appelait « à la patience de la part du club et des joueurs ». « Ce n’est pas parce qu’on est proche du groupe professionnel qu’on est déjà prêt », indiquait le technicien, au sujet de « gamins » pour beaucoup finalistes de la dernière Coupe Gambardella.

« Dans l’ensemble, je suis d’accord avec cette analyse », juge Labinocle 81, qui préfère s’exprimer via son pseudo sur Twitter. Ce trentenaire albigeois, bien connu des supporters violets, est incollable sur les équipes de jeunes Toulousains. Il donne quelques exemples :

« Nathan Ngoumou [milieu offensif] semble en jambes mais je ne lui vois pas plus de talent qu’un Saïd ou Gradel, Amine Adli [autre milieu] me semble encore trop brouillon et léger pour la Ligue 1. Goncalves n’est pas meilleur qu’Issiaga Sylla, Moussa Diarra [arrière gauche] est un profil plus performant mais encore plus sur courant alternatif que peut l’être Sylla. »

Toutefois, il y a des exceptions. Ainsi, ce fin connaisseur de la relève toulousaine aurait aimé voir Casanova tester Anthony Rouault. Mais l’arrière central de 18 ans est sur le flanc jusqu’au début de l’année 2020. Surtout, Labinocle81 espère l’avènement de Manu Kouadio Koné, dans un entrejeu où le trio Vainqueur-Sangaré-Makengo traîne souvent sa peine.

« C’est un vrai joueur moderne, très habile balle au pied, qui pourrait apporter ce que Jeff Reine-Adelaïde amène à Lyon. Il est capable de casser les lignes grâce à une capacité à éliminer assez innée. Après, je ne vois pas d’autre profil capable d’amener cela. » A ce jour, Koné (18 ans) ne compte qu’une apparition en L1, lors de l’ultime journée de la saison dernière, à Dijon (2-1).

Depuis cet été, il a figuré deux fois dans le groupe, contre Amiens (2-0, le 31 août) puis Bordeaux (1-3, samedi), sans entrer en jeu. « A vouloir un électrochoc, j’alignerais un milieu Sidibé-Koné et aussi Quentin Boisgard [22 ans] qui ne démérite pas à chaque rentrée mais qui retourne sur le banc », reprend le spécialiste tarnais.

Un certain découragement ?

Même s’ils ne brillent pas tous sur le terrain avec la réserve en N3 (neuvième de son groupe), pas mal de jeunes seraient découragés par l’inadéquation entre le discours du staff et les actes. Comme lorsqu’après la blessure de l'arrière central uruguayen Agustin Rogel, le TFC a choisi de recruter Nicolas Isimat-Mirin plutôt que de lancer un espoir du club.

Certains auront l’occasion de se montrer ce jeudi à Pau lors d’un match amical contre les Espagnols d’Eibar. Retenu en équipe de France U19, comme Diakité et Goncalves (finalement forfait), Koné n’y sera pas.