TFC: Milieu de terrain de 2 mètres, le tout jeune Kalidou Sidibé a encore besoin de grandir

FOOTBALL Le joueur de 19 ans, bien plus grand que la plupart des footballeurs, vient de débuter en Ligue 1. Sa marge de progression est énorme…

Nicolas Stival, avec A. I.
— 
Kalidou Sidibé, le milieu de terrain du TFC, avant le match de Ligue 1 contre Amiens, le 10 novembre 2018 au Stadium de Toulouse.
Kalidou Sidibé, le milieu de terrain du TFC, avant le match de Ligue 1 contre Amiens, le 10 novembre 2018 au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP
  • Le TFC joue un match amical contre la Real Sociedad ce jeudi à Tarbes. Sans onze internationaux et avec beaucoup de jeunes, dont Kalidou Sidibé.
  • Ce milieu de terrain immense, encore très perfectible, vient de jouer ses trois premiers matchs officiels avec l’équipe une de Toulouse.
  • L’un de ses formateurs évoque son parcours forcément spécial et sa force de caractère.

Il faut toujours des circonstances particulières pour débuter en Ligue 1. Dans le cas de Kalidou Sidibé, ce sont les blessures d’Ibrahim Sangaré puis de Stéphane Mbia, conjuguées à la « disgrâce » de John Bostock, qui ont précipité son avènement.

Le jeune Toulousain de 19 ans vient de disputer ses trois premiers matchs professionnels, contre Lorient (0-1, Coupe de la Ligue), à Strasbourg (1-1) puis face à Amiens (0-1). Trois titularisations lors desquelles le milieu récupérateur du TFC n’a pas signé de coup d’éclat ni de grosse gaffe. Il n’est pourtant pas passé inaperçu, du haut de ses 2 m pile.

Une taille exceptionnelle pour un être humain en général, et pour un footballeur en particulier. Encore plus lorsque celui-ci évolue dans l’entrejeu : les rares joueurs qui atteignent ou dépassent cette marque symbolique sont plutôt des attaquants (Peter Crouch, Nikola Zigic, Jan Koller, Lacina Traoré…). « Je n’avais jamais eu un tel profil, reconnaissait Alain Casanova avant le revers contre Amiens. Il n’a que 15 mois de formation au TFC. Il a des manques. Mais on s’aperçoit qu’il se met régulièrement au niveau qui lui est proposé. »

Avant de rejoindre Toulouse à l’été 2017, Sidibé, qui a commencé le foot à l’âge de huit ans à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), a évolué pendant trois saisons au Paris FC. « Est-ce que je suis surpris de le voir déjà en L1 ? Par rapport à ce qu’il a montré chez nous, non, assure Mathieu Lacan, responsable de l’Academy du PFC. Il a énormément progressé entre sa deuxième année U17 et sa première année U19. Il a vraiment explosé et puis il est parti au TFC. »

Trois ans au PSG, trois ans au PFC

Pourtant, lorsque le club parisien est allé le chercher au PSG, qui ne l’avait pas conservé après trois ans de préformation, la tâche s’annonçait immense. « En U16, c’était un gamin avec un physique fragile, reprend Mathieu Lacan. Il n’était pas forcément bien coordonné, il avait beaucoup de problèmes de motricité. Il est très long, ça le handicapait, il avait du mal à enchaîner. »

C’est lorsqu’il a commencé à dompter sa morphologie que le déclic a eu lieu.

Kalidou revient de loin, il a énormément bossé. Il a une grosse force de caractère et ne lâche rien. Ce n’est pas le plus talentueux ni le plus fort techniquement ou athlétiquement, mais c’est un gros travailleur. C’est un leader par son exemplarité. »

Directeur du centre de formation de Strasbourg, François Keller a assisté à la première de Sidibé en L1 à La Meinau. « On a eu des joueurs d’1,92 m comme Ricardo Faty, mais jamais personne d’aussi grand, note l’Alsacien. Ceci dit, Kalidou Sidibé a du mérite parce que plus tu es grand, plus c’est difficile au niveau de la mobilité. Etre grand c’est bien, mais être très, très grand, ça peut devenir un inconvénient. Il a montré qu’il avait les qualités pour se hisser à ce niveau. Il a bien travaillé au niveau des jambes. Ça s’est vu. »

« Un jeu de tête très faible », selon Casanova

Alain Casanova salue, comme Mathieu Lacan, « un gros mental ». « Il sait exactement où il veut aller » indique le technicien toulousain, au sujet d’« un potentiel intéressant mais avec une grande marge de progression ».

A entendre l’entraîneur du 15e de L1, le chantier est d’envergure « sur les plans tactique et athlétique », « dans la capacité à répéter les efforts » mais aussi « sur le plan technique, de par sa morphologie ». Sinon ? « Il a un jeu de tête très faible, avec un manque de coordination, de timing. Il a un jeu long très moyen aussi. »

Autant dire que le très fin Sidibé ne va pas se reposer sur ses lauriers à l’entraînement. Pas le genre de la maison de toute manière, selon nos interlocuteurs.

Le TFC n’a pas souhaité que 20 Minutes rencontre le Francilien. Mais ce mercredi, le club a publié un portrait sur son site. Cet ancien attaquant, lors de sa préadolescence, y confie « avoir poussé d’un seul coup », avec les soucis physiques qui vont avec, et avoir (déjà) été courtisé par des clubs anglais avant de rejoindre Toulouse.

« C’est un bon gamin, assez réservé mais aussi très poli, très respectueux, conclut Mathieu Lacan. Il ira encore plus haut. » Kalidou Sidibé n’a donc pas fini de grandir.