TFC-Amiens: Le malheur est dans le prêt... Après Andy Delort, c'est Alexis Blin qui plante Toulouse

FOOTBALL Après Montpellier, Amiens… Ce samedi, pour la deuxième fois d’affilée au Stadium en Ligue 1, le TFC a perdu en concédant un but d’un joueur prêté à son adversaire du soir…

Nicolas Stival

— 

Prêté par le TFC, Alexis Blin a inscrit le seul but d'Amiens à Toulouse, le 10 novembre 2018 au Stadium.
Prêté par le TFC, Alexis Blin a inscrit le seul but d'Amiens à Toulouse, le 10 novembre 2018 au Stadium. — R. Gabalda / AFP
  • Le milieu Alexis Blin, prêté cette saison par le TFC à Amiens, évoque « un joli clin d’œil ».
  • Pour Alain Casanova, l’entraîneur toulousain, un joueur prêté ne devrait pas être autorisé à jouer contre le club avec lequel il est sous contrat.

Certains clubs prêtent des joueurs en insérant une clause, pour ne pas que ces derniers puissent jouer contre eux. Pas le TFC. Et les dirigeants toulousains doivent s’en mordre les doigts. Voici deux semaines, Andy Delort plantait le deuxième but de Montpellier, facile vainqueur au Stadium (0-3). Ce samedi, c’est Alexis Blin qui a offert la victoire à Amiens, à la suite d’un subtil une-deux avec l'attaquant iranien Saman Ghoddos, à la 28e minute (0-1).

« Mais pourquoi Toulouse le laisse jouer ? », s’est même exclamé juste après cette réalisation un membre du staff picard, qui avait pris de la hauteur en tribune de presse.

A la différence de Delort, quasi extatique, le milieu amiénois n’a pas souhaité célébrer ce but, son deuxième seulement en 95 matchs professionnels, dont 86 en Ligue 1. Pourtant, celui-ci a offert la première victoire à l’extérieur cette saison à la pire équipe de L1 loin de ses bases, qui restait en outre sur trois défaites de rang.

Blin évoque « le destin »

« Cela me tenait à cœur de jouer ce match, a reconnu Blin, mais c’est toutes les rencontres qu’il faut jouer à fond, avec le même état d’esprit. Car si on gagne, c’est qu’on affiche un état d’esprit irréprochable. » Et cette frappe au fond des filets du gardien des Violets Baptiste Reynet ? « On va dire que c’est le destin, un joli clin d’œil pour moi, ça fait plaisir, j’espère que ça en appellera d’autres. »

Forcément, Alain Casanova avait beaucoup plus de mal à digérer l’ironie de la situation. Surtout à l’issue d’un match copieusement dominé par sa formation, marqué par un but refusé à Max-Alain Gradel pour un hors-jeu du passeur Matthieu Dossevi, identifié après recours au VAR (66e). Pour l’entraîneur du TFC, qui reste sur dix matchs sans succès toutes compétitions confondues, la LFP ne devrait pas permettre « qu’un joueur prêté puisse jouer contre le club qui le prête ».

« C’est quelque chose que j’ai du mal à accepter. Même pour le joueur, je suis persuadé qu’il se retrouve dans une situation vraiment très embarrassante. »

Un peu comme Toulouse, 15e provisoire de L1, un point et un rang devant Amiens, qui se déplacera à Paris le 24 novembre, après la trêve internationale.