Nice-Bordeaux: «On s'est fait cueillir à chaud», les Aiglons ont manqué de souffle en deuxième période

FOOTBALL A l’Allianz Riviera vendredi soir, Nice n’est finalement pas arrivé à se départager de Bordeaux (1-1)

Mathilde Frénois

— 

Youcef Atal, ce vendredi soir à l'Allianz Riviera contre Bordeaux.
Youcef Atal, ce vendredi soir à l'Allianz Riviera contre Bordeaux. — AFP

Vendredi soir à l’ Allianz Riviera, l' OGC Nice avait commencé fort. Des contres à profusion, des tirs cadrés réguliers et un but avant la 27e minute. Et puis il y a eu le retour au vestiaire, le moment qu'ont choisi les ferveurs pour se calmer. Les Aiglons ne sont pas arrivés à faire mieux qu’arracher le nul (1-1) face aux Girondins de Bordeaux.

C’est Pierre Lees Melou qui a ouvert le score et a concrétisé cette bonne phase offensive de la première période. A la 27e donc, le milieu offensif a marqué de la tête depuis le point de penalty sur un centre précis de Youcef Attal. « On est bien rentrés dans le match, décode Stanley Nsoki en zone mixte. Après malheureusement, on s’est fait cueillir à chaud. » C’est justement lui qui est à la faute dans la surface. Il fauche François Kamano à la 49e et l’arbitre siffle penalty. Penalty transformé par Jimmy Briand (1-1). Le score ne bougera plus. 

« Un double sentiment »

« On souffre un peu plus en deuxième mi-temps, dit la recrue niçoise, poursuivant l’analyse. Etant donné que Bordeaux a eu beaucoup de situations, on peut prendre un point comme on peut ne pas en prendre. » Nice a donc limité la casse. « On a encaissé le but égalisateur qui a fait mal au moral, confirme Wylan Cyprien. On a un double sentiment : on est déçu parce qu’on avait retrouvé la fougue, l’énergie, la combativité. Et on est rassuré après ces moments difficiles. » Car l’OGC Nice a bien remonté la pente. Son match nul lui permet de pointer provisoirement à la 10e place après treize journées de Ligue 1.