« Tweetgate » : La Chine nie avoir demandé de virer Daryl Morey, auteur du tweet à l’origine de la crise avec la NBA

BASKET Selon Adam Silver, le boss de la NBA, la Chine aurait demandé de licencier le manager général des Houston Rockets. Une accusation réfutée, vendredi, par les Chinois

M.D avec AFP

— 

Adam Silver est en pleine crise avec la Chine depuis début octobre.
Adam Silver est en pleine crise avec la Chine depuis début octobre. — Kazuhiro NOGI

Qui croire dans ce véritable feuilleton américano-asiatique ? La Chine a nié, vendredi, avoir réclamé à la ligue nord-américaine de basket (NBA) la tête du manager général des Houston Rockets, Daryl Morey, après un tweet polémique de soutien aux manifestants de Hong Kong.

« Le gouvernement chinois n’a jamais transmis ce type d’exigence », a affirmé devant la presse un porte-parole de la diplomatie, Geng Shuang.

Jeudi, le patron de la ligue Adam Silver a révélé que des représentants du gouvernement chinois et des dirigeants d’entreprise avaient réclamé le licenciement de Daryl Morey. « Nous avons répondu qu’il n’y avait pas lieu que cela arrive, ni même de le sanctionner », avait affirmé M. Silver.

Lors d’un congrès à New York, le patron de la NBA a par ailleurs indiqué que cette affaire avait eu pour la ligue des conséquences financières « assez dramatiques » et qui « pourraient continuer de l’être ».

Suspension des parrainages et droits TV

La crise entre la Chine et la NBA a commencé début octobre après un tweet du directeur général de la franchise texane des Houston Rockets, Daryl Morey, qui exprimait un soutien aux manifestants hongkongais.

Hong Kong, ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997 et désormais territoire autonome, est secoué depuis juin par des manifestations de plus en plus violentes qui exigent notamment davantage de libertés civiles et d’autonomie.

Suite au tweet polémique, des entreprises chinoises ont suspendu leur parrainage ainsi que les négociations des droits de diffusion avec la NBA qui était alors en pleine tournée asiatique.