Mölkky: Et si le jeu finlandais débarquait aux Jeux olympiques?

PETANQUE 2.0 Le jeu de quilles finlandais conquiert chaque année de plus en plus de joueurs. Une démocratisation qui pourrait se transformer en discipline olympique ?

Clément Rodriguez

— 

Illustration d'une jeune femme jouant au Mölkky, un jeu de quilles finlandais.
Illustration d'une jeune femme jouant au Mölkky, un jeu de quilles finlandais. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Du 15 au 18 août, Samoëns, en Haute-Savoie, accueille le championnat du monde de Mölkky.
  • 173 équipes venues de quinze pays différents s’affronteront pour détrôner les tenants du titre finlandais.
  • Et si ce jeu, qui connaît un succès croissant depuis des années, devenait une nouvelle discipline olympique? 20 Minutes a interrogé des spécialistes.

Depuis quelques années, vous êtes sûr de tomber sur un Mölkky pendant vos vacances. Que ce soit sur la plage, dans un parc ou dans un coin tranquille en ville, le jeu de quilles venu tout droit de Scandinavie fait aussi un carton chez nous. À tel point que la France organise pour la deuxième fois le championnat du monde, du 15 au 18 août prochains, à Samoëns, en Haute-Savoie. Et si, après tout, le Mölkky devenait un sport olympique ?

Un jeu, pas un sport

On ne va pas vous mentir, si vous comptez regarder des parties de Mölkky aux Jeux olympiques 2024, ce n’est pas gagné. Le Comité d’organisation des Jeux de Paris 2024 a proposé d’intégrer quatre nouvelles disciplines à cette édition : le surf, l’escalade, le skateboard et le breakdance, et il n’est plus possible de revenir sur ce choix. Une source de Paris 2024 nous glisse également à l’oreille que le Mölkky a bien une fédération internationale, mais qu’elle n’est pas reconnue par le Comité International Olympique (CIO). Il faudrait donc passer par cette étape-là pour espérer une candidature aux prochains Jeux.

Du côté des aficionados de la quille finlandaise, on a bien compris que les espoirs de jouer devant des millions de téléspectateurs étaient minces… car le Mölkky n’est pas un sport. « La société qui a les droits a déposé un brevet sur la marque en tant que “jeu” et tant qu’on est sur cette catégorie-là, on ne peut pas le présenter aux Jeux olympiques », indique Christophe Saiget, président de la toute première association du jeu en France. Il faudrait donc que la société Tactic, propriétaire de la marque, dépose à l’INPI des droits de sport. Ce n’est donc pas tout de suite que l’on entendra Alexandre Boyon commenter les performances des joueurs.

En France, « on a quelques bons ambassadeurs »

173 équipes venues de quinze pays différents, voilà le programme du championnat du monde organisé en Haute-Savoie. Des joueurs notamment venus d’Australie et du Japon affronteront des Polonais, des Espagnols, et bien entendu des Finlandais. Les Français seront aussi représentés avec, entre autres, une trentaine d’adhérents de l’équipe Mölkky Association portée par son président, Christophe Saiget. Il nous explique que les Français feraient de très bons messagers pour une potentielle candidature du jeu de quilles aux JO.

« On a quelques bons ambassadeurs puisqu’on est la deuxième nation, après la Finlande, à pratiquer et à remporter des gros titres. Depuis qu’il existe, le championnat du monde n’est remporté que par des Finlandais, sauf par deux équipes françaises » souligne-t-il. En 2012 et 2016, les frères Damien et Florent Bretesché, ont été couronnés champions du monde. Ils ont remporté ce titre pour la première fois à Lahti en Finlande, puis au Rheu, près de Rennes. Cette édition 2019 se déroulant en France, la chance leur sourira peut-être une troisième fois.

Le plaisir avant la compétition

En général, quand vous perdez à n’importe quel jeu, on vous dit que « le plus important, c’est de participer ». Et en général, ça vous énerve. Pourtant, on pourrait presque croire qu’il s’agit de la devise du Mölkky, qui se veut être familial et convivial. Si c’est l’essence même de ce jeu, il n’y a aucune raison pour qu’il devienne une discipline olympique. C’est ce que souhaite Christophe Saiget, qui note que « le jour où cela deviendra un sport, cela voudra dire qu’il y aura des juniors, des compétitions féminines et masculines, et ça gâcherait le plaisir de jouer ». Jouer tous ensemble, voilà le mot d’ordre du Mölkky.

À Samoëns, le jeu finlandais devient presque un sport régional et réunit tout le monde. « On y joue dans les écoles, on fait des rencontres entre les commerçants autour du Mölkky, remarque Adrien Maillard, responsable animation et événements du village. Tout le monde s’implique dans ce jeu pour être à la page ». Une mobilisation générale qui pourrait amener la ville de Haute-Savoie à réitérer l’expérience du championnat du monde l’année prochaine. « S’il y a une opportunité, on la saisira avec plaisir » conclut Adrien Maillard. On prépare d’ores et déjà nos 12 quilles pour la prochaine édition.