Equipe de France: Les Bleues découvrent les joies d'un but de dingue annulé par le VAR (et sans broncher, s'il vous plaît!)

FOOTBALL L'assistance vidéo est déjà une star de cette Coupe du monde féminine

Aymeric Le Gall

— 

La VAR était de sortie lors du match France-Corée du Sud au Parc des Princes.
La VAR était de sortie lors du match France-Corée du Sud au Parc des Princes. — Capture d'écrans @TF1
  • L'équipe de France pensait mener 2-0 après un magnifique but acrobatique de Griedge Mbock, mais le VAR est formel, il y avait bien hors-jeu. 
  • C'est la première fois de leur carrière que les joueuses ont affaire à l'assistance vidéo. 
  • Interrogées au sujet cette technologie nouvelle pour elles, les Françaises adoubent le VAR. 

De notre envoyé spécial au Parc des Princes.

Foutue technologie… On a beau dire, on a beau faire, on n’arrive toujours pas à se faire à ce VAR totalement schizophrène, garant de justice d’un côté, briseur d’émotions de l’autre. Vendredi soir, à l’occasion du match d’ouverture du Mondial 2019 entre la France et la Corée du Sud, le Parc des Princes a une nouvelle fois dû subir la dictature (oui, oui, la dictature) de ce que certains appellent pompeusement « le progrès ».

Mettons-nous d’accord, il n’est pas question ici d’écrire un brûlot contre le VAR – même si on doit bien avouer que c’est quand même sacrément l’impression que ça donne – mais simplement d’expliquer la réaction à chaud des millions de Français quand l’arbitre a décidé d’annuler la merveille de but de Griedge Mbock. Et d’analyser la réaction des Bleues, qui découvraient le bazar pour la toute première fois.

Un demi-doigt de pied qui fait la dif'

Magnéto Serge : La France mène déjà 1-0, tout le monde s’ambiance dans les tribunes et le meilleur est à venir. Positionnée à l’angle de la surface adverse, côté gauche, Amandine Henry délivre un super ballon en cloche à l’opposé à Wendie Renard, qui remet astucieusement de la tête en retrait vers Mbock. Sans se poser de question, la défenseure lyonnaise se prend pour CR7 et place une reprise de volée acrobatique au fond des filets. Explosion de joie au Parc, jusqu’à ce que l’arbitre mette la main à son oreille. Vous connaissez la suite…

Depuis la tribune de presse, on jette alors un œil à notre écran et, après un rapide débrief avec nos voisins de pupitre, le couperet tombe : « C’est bon, c’est sûr, y’a pas hors-jeu ». Bande de naïfs… Si, en fait il y avait bien hors-jeu d’un centimètre et demi. Un demi-doigt de pied, quoi. Bon, ok, peut-être un chouïa plus mais on ne va pas chipoter, si ?

Si le public et les supporters français l’ont eu très mauvaise sur le coup, sans jamais blâmer le système en lui-même mais plus la cruauté du moment, les joueuses, elles, sont très vite passées à autre chose. C’était pourtant leur première expérience avec l’assistance vidéo, elles qui ne connaissent pas encore les joies du doigt sur l’oreillette dans leurs championnats respectifs. Belles joueuses.

Le VAR fait l’unanimité chez les Bleues

« C’est top, nous a même dit Amel Majri après la rencontre. On a été briefées, on sait comment ça fonctionne. Bon, aujourd’hui ça nous a plutôt desservies, mais peut-être que la prochaine fois ça tournera en notre faveur. On aurait bien aimé mettre ce but parce qu’il était beau, mais au moins avec le VAR, les choses sont justes et personne n’est désavantagé. On ne peut pas en vouloir aux arbitres ce soir. » Idem du côté d’Eugénie Le Sommer, qui avait « un petit doute quand le ballon est rentré » et qui n’a donc « pas été surprise ».

On est alors allé voir la (presque) buteuse, Griedge Mbock, qui avait probablement toujours rêvé de marquer un tel pion en Coupe du monde et devant son public. Mais là encore, aucune trace de mauvaise foi. « Aujourd’hui, c’est sur moi que c’est tombé, mais il faut se dire que ça peut aussi tourner à notre avantage un autre jour. Le VAR fait partie du foot, on la voit chez les garçons depuis un moment, si ça peut permettre d’éviter les erreurs d’arbitrage, c’est tant mieux. Sur le moment on est contente de marquer et c’est vrai que quand on se voit refuser le but c’est un peu frustrant mais je suis vite passée à autre chose. » Gianni Infantino aime ça.