Affaire Neymar: «J'ai été victime d'un viol, je confirme», la plaignante raconte tout à la télé

FOOTBALL Najila Mendes de Souza, 26 ans, a accordé une interview à la chaîne de télévision SBT

N.C.

— 

Najila Mendes de Souza, la Brésilienne qui accuse Neymar de viol, a raconté sa version des faits à la télévision, le 5 juin 2019.
Najila Mendes de Souza, la Brésilienne qui accuse Neymar de viol, a raconté sa version des faits à la télévision, le 5 juin 2019. — Capture d'écran

Elle s’appelle Najila Mendes de Souza, elle a 26 ans. C’est elle qui accuse Neymar de viol, et elle a raconté sa version des faits dans une interview à la chaîne de télévision SBT mercredi. La première question à laquelle elle a répondu est on ne peut plus claire : Avez-vous été victime d’un viol ou d’une agression ? » La réponse l’est tout autant : « Oui, j’ai été victime de viol. D’une agression suivie d’un viol. Je le confirme. »

Ces bases posées, celle qui dit étudier le design et être mannequin a ensuite raconté les circonstances qui ont amené à sa rencontre avec le joueur du PSG. Elle lui a envoyé une photo et un petit mot via Instagram, il lui a répondu et il a fini par lui demander son numéro. « Dès le début, mon intention était d’avoir une relation sexuelle avec lui, reconnaît-elle, dans des propos traduits par l'Equipe. C’était ma volonté, et c’était clair pour lui aussi. »

Elle dit ensuite que Neymar l’a fait venir à Paris, dans un hôtel. Même s’il était « agressif » en arrivant, elle est restée, se disant qu’elle pouvait gérer la situation. Elle décrit ensuite la scène :

« On a commencé à s’embrasser, jusque-là ça allait, c’était consenti. Mais ensuite il a commencé à me brusquer. Au début j’ai dit OK, mais après ça m’a fait mal alors j’ai dit stop. Il s’est excusé, on s’est allongés, je lui ai demandé s’il avait des préservatifs, il m’a dit que non. Alors je lui ai dit qu’il ne se passerait rien. Il n’a pas répondu, on a continué et puis d’un coup il m’a retournée et a commis l’acte. Je lui ai demandé d’arrêter. Pendant qu’il continuait, il me frappait les fesses violemment. Ça a duré quelques secondes, ensuite je me suis retirée. Je lui ai dit plusieurs fois "stop, non, stop". »

« Je veux qu’il paye »

Elle dit être ensuite allée dans la salle de bain, où elle a compris ce qu’il s’était vraiment passé. « C’est devenu un viol quand il m’a dit qu’il n’avait pas de préservatif […]. Il n’avait pas le droit de me faire ça. C’est à ce moment que j’ai décidé de me faire justice. Je veux qu’il paye pour ce qu’il a fait. »

De son côté, le joueur dit être innocent et depuis que la presse a révélé la plainte déposée à Sao Paulo par la jeune femme, il a publié une vidéo dans laquelle il affirme être victime d'un « piège ».