Les Bleues à Clairefontaine, le 29 mai.
Les Bleues à Clairefontaine, le 29 mai. — Francois Mori/AP/SIPA

FOOTBALL

Coupe du monde féminine: Les Bleues priées de laisser Clairefontaine aux hommes pour préparer un match amical

En pleine préparation du mondial le 7 juin, les Bleues ont dû s'éclipser de Clairefontaine, le centre d'entraînement des équipes de football, pour laisser la place à l'équipe de France masculine, qui préparait... un match amical.

Faute de place, les joueuses de Corinne Diacre ont dû laisser le « château » aux garçons. En pleine préparation de la Coupe du monde 2019,  les Bleues ont dû quitter Clairefontaine, où logent et s’entraînent les équipes de France de football. Elle s'est installée au domaine de la Voisine, à l'entrée de Clairefontaine, propriété du groupe Pernod Ricard qui fut longtemps le lieu de rassemblement du XV de France, jusqu'à l'inauguration du Centre national du rugby en 2002 à Marcoussis.

La donne aurait pu être différente si la Fifa avait accepté la requête des Bleues de faire de Clairefontaine leur unique camp de base pour le Mondial à venir, mais l'instance suprème a dit « niet ». Entre temps, Didier Deschamps et Corinne Diacre s'était mis d'accord au sujet de ce mini-déménagement des féminines. Le sélectionneur a également voulu déminer une éventuelle polémique: « Il n'y a pas débat par rapport à ça. C'est temporaire jusqu'à notre départ en Turquie le 7 (pour un match de qualification à l'Euro-2020 le 8 juin) ».

«Pendant c'temps, au Patriarcistan»

Sur les réseaux sociaux, nombre d'internautes se déclaraient indignés ce jeudi à l'annonce de la nouvelle. « Ce sexisme c'est juste inacceptable, on attend les excuses», critiquait un élu de Saint-Denis, en interpellant la Fédération Française de Football. « Pendant c'temps, au Patriarcistan », commentait de son côté une journaliste, dans un jeu de mots faisant référence au patriarcat.

Les Bleues, comme Eve Périsset, assurent pourtant ne pas en prendre ombrage: « Le plus important pour nous c'est de bien travailler, les conditions sont exceptionnelles ici. Nous, on a les terrains, c'est très bien », a déclaré la défenseure du Paris SG.

Corinne Diacre a également pris la parole pour calmer le jeu, affirmant avoir échangé avec Deschamps: «Le château est d'abord prioritaire pour les Bleus, ça a toujours été comme ça. Et ça l'est encore plus depuis juillet dernier (et le sacre de la France au Mondial en Russie). ll n'y a aucun sujet, très sincèrement.»

Un dîner commun

« Ce n'est pas simple dans l'organisation puisque ce sont des sélections qui ont des besoins assez similaires en termes d'infrastructures sportives, hôtelières et de restauration. Il a fallu qu'on réfléchisse de façon fine à la manière de les accueillir en même temps », s'est défendu Alix Gaillard, en charge du secteur commercial à la fédé'.

Comme lot de consolation, les Bleues ont eu droit à un dîner commun mercredi soir, devant la finale de Ligue Europa entre Chelsea et Arsenal, avec une centaine de couverts dressés dans l'habituelle salle de presse qui jouxte le « château » et quelques photos enthousiastes, dont celle de Wendie Renard et Paul Pogba.