Mondial féminin: Corinne Diacre veut «faire comme les Lyonnaises, aller au bout»

FOOTBALL La sélectionneuse des Bleues a accueilli avec bonheur les joueuses de l'OL, qui viennent de remporter la Ligue des champions

20 Minutes avec AFP

— 

Corinne Diacre avec ses joueuses de l'équipe de France à l'entraînement à Clairefontaine, le 14 mai 2019.
Corinne Diacre avec ses joueuses de l'équipe de France à l'entraînement à Clairefontaine, le 14 mai 2019. — FRANCK FIFE / AFP

Ça y est, le groupe est au complet. Les Lyonnaises, qui ont remporté la Ligue des champions samedi, ont rejoint l'équipe de France mardi à Clairefontaine. « On surfe un peu aussi sur cette vague. Elles apportent de la joie de vivre », a raconté mercredi en conférence de presse la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre, à un peu plus de deux semaines du coup d’envoi du Mondial en France.

Où en êtes-vous dans cette préparation ?

Tout se passe très bien. La plus grosse semaine a été effectuée la semaine dernière. Là, on a encore une grosse semaine de travail. On a un match (de préparation contre la Thaïlande samedi à Orléans) en fin de semaine. Ce sera un match programmé comme une séance de travail. On ne sera pas au mieux de notre forme, on va piocher un peu, mais l’essentiel est de travailler et faire des efforts. En plus, les Lyonnaises viennent de nous rejoindre. Tout le monde n’est pas au même niveau physique, il va falloir gérer les temps de jeu. Ça va me permettre de voir celles qui sont là depuis le 8 mai et me poser peut-être un peu plus de questions sur le onze de départ.

Comment se passe l’intégration des Lyonnaises, après leur victoire en Ligue des champions ?

Quand on accueille sept championnes d’Europe, tout se passe très, très bien. Elles ont très vite basculé entre cette finale et le fait de nous rejoindre. Le groupe continue de bien vivre, ça ne change pas, il y a de la bonne humeur et du travail quand il faut travailler. On surfe un peu aussi sur cette vague de l’Olympique lyonnais puisqu’elles ont remporté un titre supplémentaire, apportent de la joie de vivre. Il nous reste à faire comme elles, aller jusqu’au bout.

Vous sentez-vous prêtes pour la Coupe du monde ?

Je pense que c’est encore un peu tôt pour le dire. Il reste encore pas mal de travail à fournir. On est encore à plus de quinze jours de la compétition. Ce que je peux vous dire c’est que l’état d’esprit de travail est très, très bon. La semaine dernière, on a fait dix séances dans la semaine, je n’ai pas eu une absente. Toutes les filles étaient sur le pont tout le temps. Je peux vous dire qu'elles ont souffert. Mais dans la difficulté, elles ont su faire face, il y a eu un esprit de cohésion, elles se sont entraidées, donc ce sont des signes plutôt positifs.