Equipe de France: La liste des 23 de Diacre sur TF1, une grande première dans l'histoire des Bleues

FOOTBALL FEMININ Corinne Diacre va imiter Didier Deschamps en dévoilant sa liste des 23 en grande pompe sur le plateau de TF1

Aymeric Le Gall
— 
Corinne Diacre sera sur le plateau de TF1 pour annoncer sa liste des 23.
Corinne Diacre sera sur le plateau de TF1 pour annoncer sa liste des 23. — FRANCK FIFE / AFP / Montage 20 Minutes
  • Jeudi soir, Corinne Diacre sera sur le plateau du 20 heures de TF1 pour y dévoiler la liste des 23 joueuses sélectionnées pour le Mondial féminin en France. 
  • C'est la première fois dans l'histoire de l'équipe de France féminine qu'un tel dispositif est mis en place. 
  • Cela en dit long sur l'évolution du football féminin dans notre pays et sur l'engouement qui entoure la Coupe du monde 2019 en France. 

Les choses sérieuses commencent. Jeudi soir, la sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football va dévoiler la liste des 23 joueuses qu’elle aura décidé d’emmener avec elle à la conquête de la Coupe du monde 2019, qui se tiendra en France du 7 juin au 7 juillet prochain.

Et pas n’importe où, sur le plateau du 20h de TF1, celui-là même où Didier Deschamps a son rond de serviette avant chaque compétition internationale. Ça change de 2015 quand Philippe Bergeroo, le prédécesseur de Corinne Diacre, annonçait sa liste pour le Mondial au Canada dans l’anonymat le plus total. On exagère ? Essayez de retrouver la moindre vidéo de ce moment et on en reparle.

Le plateau du JT de TF1, donc. Ce lieu n’a rien d’anodin, bien au contraire. Il dit quelque chose de l’ampleur du développement du football féminin dans notre pays, alors même que les billets pour la Coupe du monde sont partis aussi vite que des flyers CGT à la Fête de l’huma.

« C’est une belle vitrine que le plateau du JT de TF1, nous glisse un membre de la Fédération française de foot. C’est un exemple de plus que la Coupe du monde féminine va être traitée avec la même attention et les mêmes moyens que la coupe du monde des hommes. Et ça c’est une petite révolution. » Et si l’on nous assure que 20 heures de TF1 ou pas 20 heurs de TF1, ça ne change rien dans l’esprit de Corinne Diacre, on concède tout de même le côté « symbolique » de la chose.

Les Bleues dans la cour des grands

« Ça dit que la Coupe du monde féminine est aussi importante à nos yeux qu’une Coupe du monde masculine, confirme Anne-Sophie de Kristoffy, la directrice des sports de TF1, qui a piloté la préparation de cette soirée un peu spéciale. Et même si football féminin n’est pas encore à la hauteur de la médiatisation du football masculin, ça nous semblait normal d’avoir le même dispositif que pour l’équipe de France de Didier Deschamps. Faire cette annonce au 20 heures, qui est notre carrefour de l’information, c’est donner le signe que cette Coupe du monde féminine est un événement qui va bien au-delà du sport. »

« L’annonce des 23 dans le JT de TF1, c’est la confirmation de ce qui est en train de se passer vis-à-vis du foot féminin en France mais aussi dans le monde entier. Il passe de la pénombre ou d’une lumière blafarde à la loupe des médias et les demandes médiatiques sont très, très nombreuses », se félicite-t-on au sein du service de presse de la Fédération.

Si elle peut sembler sans grand intérêt au premier abord, l’annonce de la liste des 23 reste pourtant un moment à part. Présente dans les coulisses à chaque annonce de la liste, Anne-Sophie De Kristoffy ressent « la solennité de la chose. Ça marque le début d’une aventure. Vraiment, sur le moment, c’est quelque chose de marquant. Dans notre tête on se dit tous "ça y est, c’est parti". Et je pense que Corinne Diacre ou Didier Deschamps, qui sont plus habitués à avoir affaire à des journalistes sportifs, ressentent aussi ce côté solennel, cette dimension nationale et populaire. »

Une clé USB sous haute protection

La seule différence avec ce que la chaîne propose habituellement pour Didier Deschamps, c’est que l’annonce de Corinne Diacre se fera non pas pendant le 20h de Gilles Bouleau, mais juste après, dans le nouveau format « 20 heures le Mag ». De Kristoffy détaille cette décision.

« Le format s’y prête bien car, contrairement aux hommes, on avait vraiment envie de commencer cela par un reportage. Or 20 heures le Mag a cette touche qualitative qui nous permet de rentrer en immersion à la découverte les joueuses de l’équipe de France. Cela va donc se faire en trois temps avec d’abord un reportage pour découvrir les joueuses puis l’annonce de la liste et enfin l’entretien avec la sélectionneuse. »

Sur l’échelle de confidentialité des secrets d’État, la liste des 23 ne fait pas le poids face aux codes nucléaires, à la recette du Coca ou la finition de Choupo-Moting face aux buts, mais elle reste quand même sous bonne garde. Interdiction formelle de faire fuiter la moindre info avant que la sélectionneuse ne prenne la parole et vigilance orange sur la clé USB contenant les fameux 23 noms. Clé USB que Jérôme Millagou, l’attaché de presse de l’équipe de France féminine, sera chargé de convoyer jusque dans les bureaux de TF1, un peu avant 20 heures.

« On a validé avec lui plus de 40 noms de joueuses susceptibles d’être sélectionnées et jeudi, avec toute la confidentialité que cela nécessite, il viendra à TF1 avec la clé dans un bureau fermé, avec un technicien et le responsable de l’infographie, décrit la directrice des sports de la chaîne. C’est à ce moment-là qu’on réalise le montage avec les pastilles que nous avions préparées pour chaque joueuse. On rentre tout cela dans notre habillage pour que tout soit prêt à l’antenne au moment où Corinne Diacre prendra la parole. »

Diacre, calme, cool, zen

Pour son premier exercice du genre, on nous assure dans l’entourage des Bleues que Corinne Diacre n’a « aucun stress », qu’elle a « les idées claires » et qu’elle est d’une « sérénité à toute épreuve ». Il faut dire que l’ancienne internationale tricolore connaît bien la maison TF1 pour y avoir été consultante dans l’émission Téléfoot au début des années 2000.

L’exercice médiatique fait partie intégrante du job de sélectionneur et, de mémoire, on n’a jamais vu Raymond Domenech, Laurent Blanc ou Didier Deschamps trembler des genoux face à la questionnette des bourreaux Laurence Ferrari et Gilles Bouleau. « Par expérience, pour les avoir souvent observés en coulisse avant l’annonce de la liste, je les trouve assez détendus, conclut Anne-Sophie de Kristoffy. Ils sont convaincus de leurs choix et les assument. »

Il y a un an, Gilles Bouleau a bien essayé de tirer sur la corde sensible de Didier Deschamps en lui rappelant la « tension dramatique » lors de l’annonce de la liste pour l’Euro 2016, ça ne l’a pas ému plus que ça. Car les sélectionneurs (et les vrais) savent : l’annonce des 23 c’est de la rigolade, c’est après que le plus dur commence.