Stade Rennais: «Une génération de footballeurs vrais qui s’en va»… Romain Danzé évoque sa carrière et la suite

LÉGENDE Le capitaine historique des Rouge et Noir raccroche les crampons après 18 ans au club

Manuel Pavard

— 

Romain Danzé, ici contre Guingamp en 2016, met un terme à sa carrière.
Romain Danzé, ici contre Guingamp en 2016, met un terme à sa carrière. — D. Meyer / AFP
  • Romain Danzé a annoncé vendredi dernier qu'il prenait sa retraite après 18 ans au Stade Rennais, dont 13 ans chez les pros.
  • Les supporters rennais lui ont rendu un énorme hommage vendredi au Roazhon Park, avec un immense tifo déployé par les ultras du RCK.
  • Romain Danzé va rester au club pour occuper de nouvelles fonctions, sans doute auprès des jeunes.

Il est ce que les Italiens appellent une « bandiera » : un emblème, l’homme d’un seul club. L’équivalent, toutes proportions gardées, d’un Totti pour la Roma, d’un Maldini pour le Milan, d’un Giggs pour Manchester United ou d’un Puyol pour le Barça… Après 18 ans au Stade Rennais – dont 13 chez les pros –, Romain Danzé a annoncé vendredi  qu’il raccrochait les crampons au terme d’une dernière saison blanche, due à une blessure au genou droit.

Trois jours après le magnifique hommage rendu par les supporters rennais lors de la réception du Losc, « La Danze » s’est exprimé pour la première fois sur sa retraite ce lundi, au Roazhon Park. Durant près d’une heure, le capitaine historique du SRFC a balayé passé, présent et futur… qu’il envisage bien sûr en rouge et noir.

Un tifo « unique au monde » au Roazhon Park

Rennes-Lille, vendredi dernier, au Roazhon Park : à la 29e minute – en référence au maillot porté par le natif de Douarnenez (Finistère) –, les ultras du RCK ont déployé un immense tifo à l’effigie de Romain Danzé sur la totalité de la tribune Mordelles.

« Je savais que quelque chose se préparait mais en voyant un truc aussi imposant, beau et travaillé, j’ai ressenti énormément d’émotion, de plaisir, de fierté et aussi un peu de gêne pour avoir autant d’attention braquée sur moi », raconte le néo-retraité, toujours modeste. Pour lui, un tel tifo était « unique au monde » ! « Avoir un seul joueur sur une bâche recouvrant toute une tribune, ça ne s’était jamais fait, assure-t-il. En tout cas, sur toutes les photos de tifos qu’on m’a envoyées sur les réseaux sociaux, je ne l’ai pas vu. »

Des souvenirs plein la tête

« En 13 ans chez les pros, j’ai connu plein d’étapes », rappelle Romain Danzé. Mais difficile pour lui d’en ressortir une en particulier.

L’emblématique n°29 cite ainsi en vrac « le premier match en Coupe de la Ligue à Lille, la première en Ligue 1 à Rennes [contre Lyon], le premier but contre Valenciennes, les finales perdues, les envahissements de terrain, et puis bien sûr la levée de la coupe le 27 avril et l’apothéose vendredi dernier ». Des souvenirs plein la tête donc, mais aussi « des amitiés » car « on joue aussi pour ça », souligne-t-il.

« Une certaine idée du foot qui part »

Avec Romain Danzé et son pote Étienne Didot à Guingamp, ce sont deux légendes du ballon rond breton qui tirent leur révérence, deux joueurs symbolisant une ère quasi révolue. De quoi entonner l’air du « c’était mieux avant » ? « C’est toute une génération de footballeurs vrais qui s’en va, ceux qui jouaient pour les copains et pour le foot, estime La Danze. J’ai l’impression que c’est une certaine idée du foot qui part. »

« J’ai vu arriver les jeunes, c’est vrai qu’ils ont une nouvelle mentalité et des ambitions différentes », ajoute-t-il, comparant les deux générations : « À l’époque, quand t’étais jeune et que tu te retrouvais devant un Christophe Revault, tu te faisais tout petit. Et les coachs n’étaient pas les mêmes non plus. Aujourd’hui, les parents sont dans le bureau du coach pour exiger que leur gamin joue alors qu’avant, si tu l’ouvrais, tu prenais trois claques ! »

Un futur au Stade Rennais

Quid de son avenir ? « J’ai très vite su que ce serait compliqué de revenir et j’ai donc entamé des discussions avec Olivier Létang qui a exprimé le désir de me garder au club, explique le Finistérien. J’ai visité pas mal de services et l’entonnoir s’est vite rétréci : la compta, le marketing, ce n’est pas mon truc. Moi, ce sera sûrement sur le terrain, avec un ballon. »

À bientôt 33 ans, Romain Danzé marchera-t-il sur les traces de Julien Stéphan, de cinq ans son aîné ? « J’étais un joueur qui posait beaucoup de questions sur le terrain et j’ai toujours été intéressé par la tactique », souligne-il. Mais si le défi lui plaît, ce sera à plus long terme, le temps de se perfectionner et de passer ses diplômes d’entraîneur. « Je vais commencer avec les jeunes, précise Danzé. On va prendre le temps car il faudra être bien armé pour aller plus haut. » Une nouvelle vie débute pour lui, une « aventure excitante ».