Rugby: Le club de La Grande-Motte dépose plainte pour des fourchettes dans les yeux

VIOLENCE Une dizaine de rugbymen de La Grande-Motte aurait subi des morsures et des fourchettes lors du match de phase finale contre Corneilhan

Jerome Diesnis

— 

Illustration d'un arbitre de rugby.
Illustration d'un arbitre de rugby. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Les rugbymen héraultais ont annoncé leur intention de déposer plainte après qu’une dizaine de joueurs a été victime de fourchettes et de morsures lors d’un quart de finale de 4e série contre Corneilhan.
  • Le président du club biterrois dément ces accusations et dénonce « un écran de fumée » alors que, selon lui, un joueur grand-mottois a agressé un supporter après match.
  • Les arbitres, venus du Gard, n’auraient rien relevé de répréhensible lors de cette rencontre.

Le club de rugby de La Grande-Motte a annoncé son intention de déposer plainte contre des joueurs du club de Corneilhan, au nord de Béziers. Lors du quart de finale des phases finales de quatrième série (le plus bas niveau de pratique) de la ligue Occitanie, plusieurs joueurs auraient été victimes de violences :  des morsures « jusqu’au sang » explique Alexandre Marce, coprésident et joueur du Rugby club de La Grande-Motte, mais aussi et surtout des fourchettes.

Ce geste, autrefois très répandu dans le rugby professionnel et amateur, particulièrement en France, a fait l’objet de fortes sanctions dans un passé récent. Il consiste à profiter zones de combats (regroupements, mêlées fermées, etc.) pour insérer ses doigts dans les yeux d’un adversaire, à l’abri du regard des arbitres. David Attoub avait été sanctionné de dix-huit mois de suspension en 2011 par l’ERC, l’instance européenne, après un match de Coupe d’Europe, Julien Dupuy de 23 semaines ou encore Marius Tincu de dix-huit semaines…

ITT de huit jours

Sur son compte Facebook, La Grande-Motte a publié de nombreuses photos où l’on voit notamment les yeux des joueurs rougis voire complètement fermés. Victime d’une kératite (inflammation de la cornée), l’un d’entre eux s’est vu prescrire huit jours d’interruption de temps de travail.

Alors que les arbitres, issus du Gard, n’ont rien révélé, le club a envoyé les documents à la ligue d’Occitanie qui explique que le dossier est en cours d’instruction. « Naturellement des plaintes seront déposées pour tenter de faire avancer les choses, évoque Alexandre Marce. La théorie de l’acceptation des risques trouvant ses limites en cas de violation manifeste des règles du jeu. »

Le président de Corneilhan « très étonné »

De son côté, le club de Corneilhan, par la voix de son président Guillaume Benoît, s’est dit « très étonné » de ces accusations. Il évoque « une rencontre sans incident », perturbée après match par « un incident déplorable en dehors du terrain et bien loin de l’idée de défense des intérêts du rugby que prétendent défendre nos accusateurs du jour. »

Selon lui, un joueur de La Grande-Motte aurait agressé après-match un spectateur. Il dénonce « un écran de fumée ». Il explique avoir remis la vidéo du match à la ligue pour prouver sa bonne foi.

L’évocation des faits est tout autre pour le président de La Grande-Motte. Selon lui, « à la fin du match certains de nos joueurs ont été molestés et agressés par des supporters adverses, ainsi qu’une femme de joueur giflée. Nous n’avons même pas pu rester pour la réception d’après match par peur de plus gros débordements ».