Nantes basket Hermine: (Pour une fois), pas d'effet d'annonce... Le NBH cherche «la stabilité»

BASKET Le club nantais, qui a prolongé de deux ans son coach Jean-Baptiste Lecrosnier, vit actuellement sa 24e saison d’affilée en Pro B

David Phelippeau

— 

Jean-Baptiste Lecrosnier.
Jean-Baptiste Lecrosnier. — Grégory Leroy

Pour une fois, l’objectif montée en Pro A n’est pas évoqué spontanément. Ce mardi, lors de l’annonce de la prolongation de contrat de deux ans du coach du Nantes basket Hermine Jean-Baptiste Lecrosnier (et de son adjoint Maxime Chiron), il aura fallu une question à  Jean-Luc Cadio pour que le président effleure ce rêve que le club nantais espère atteindre depuis… 24 ans ! « L’objectif c’est de monter le plus vite possible, mais ça peut être dans 1 an comme dans 3 ans », a expliqué Cadio. Il n’est pourtant pas si loin le temps où lors des conférences de presse de début de saison, la direction du club nantais « fantasmait » sur une possible accession à très court terme dans l’élite du basket français.

« De la stabilité… »

« Après la finale de play-offs perdue à Boulazac [il y a deux ans], on s’est vus plus beaux qu’on ne l’était, lance le président du NBH, pas adepte de la langue de bois. On a pris le melon. On s’est dit : “Tiens, l’année prochaine, ça va être la Jeep Elite [Pro A]”. Il ne faut pas précipiter les choses. Il faut bâtir étape par étape. On a besoin de stabilité. » Pour ce faire, Jean-Baptiste Lecrosnier, salarié du club depuis 11 ans, poursuit donc sa mission sur le banc nantais. Tout comme son coach adjoint. « Les prolonger, ce fut un choix évident pour ceux qui ont été partie prenante dans cette décision », estime Audrey Sauret, manager général du NBH.

Une saison compliquée avec le décès d’un des joueurs

Jean-Luc Cadio en est sûr et il insiste : « La stabilité d’un club passe par le coach. 70 % du succès d’un club passe par le choix d’un entraîneur. » Le NBH, locataire depuis quelques mois seulement de la Trocardière, pense ne pas se tromper en conservant un homme qui « a bien fait le pompier de service depuis deux ans [il a d’abord remplacé Collineau puis Asceric] », selon les termes de Sauret. Dixième actuellement de Pro B, Nantes – pas épargné par les blessures et meurtri par la disparition d’un de ses joueurs en janvier [Jermaine Marshall] – croit plus que jamais aux play-offs en fin de saison.