Equipe de France: Nerveux, presque agaçant, Kylian Mbappé en fait-il trop en ce moment?

FOOTBALL L’attaquant du PSG et des Bleus donne l’impression de forcer les choses ces derniers temps

Nicolas Camus

— 

Kylian Mbappé lors de Moldavie-France (1-4), le 22 mars 2019.
Kylian Mbappé lors de Moldavie-France (1-4), le 22 mars 2019. — FRANCK FIFE / AFP
  • L’équipe de France affronte l’Islande, ce lundi soir, pour son deuxième match de qualification à l’Euro 2020.
  • Le premier, vendredi, a vu les Bleus l’emporter facilement en Moldavie (1-4).
  • Lors de ce match, comme avant avec le PSG, Kylian Mbappé s’est montré assez nerveux, voire individualiste parfois… en tout cas vu de l’extérieur.

Les détails, toujours les détails. C’est bien connu, plus un joueur grimpe dans la hiérarchie des meilleurs, moins on lui pardonne ses imperfections. Kylian Mbappé n’y échappe pas. Alors qu’il est en train d’assumer une victoire en Coupe du monde à 20 piges avec une saison pleine - 30 buts en 31 matchs en Ligue 1 et L igue des champions, et jamais blessé avec ça -, l’attaquant du PSG a également fait parler de lui ces derniers jours par quelques gestes agaçants, comme des relents de frustration mal contenue.

Soupirs et bras ballants

Il y a une semaine, contre l’OM, sa célébration mystérieuse, face aux Ultras, pour le retour au Parc après l’immense déception de Manchester United, avait interrogé. On avait aussi noté son refus de laisser Di Maria tirer le penalty du triplé dans les arrêts de jeu. Vendredi, avec les Bleus, il y a eu des soupirs et des bras ballants, une petite gueulante contre Matuidi qui a préféré frapper plutôt que de lui faire la passe en première période, et enfin la simulation pour aller chercher un penalty à 4-1 à la 91e qui lui a valu un carton jaune un peu couillon.

Il n’y a rien de grave dans tout ça. C’est juste l’impression générale qui pose question, comme si s’installait la crainte que notre nouvelle fierté nationale ne tombe dans le côté obscur de la réussite. Qu’elle force un peu trop les choses, en tout cas. L’ancien Lillois Ludovic Obraniak a tout résumé sur l’antenne de RMC, samedi :

C’est devenu une icône mondiale, il est observé, épié, et des fois, l’excès d’individualisme peut nuire au collectif. Sur le match, ça s’est trop vu qu’il avait envie de marquer son but pour participer à la fête. C’est un garçon qui a énormément confiance en lui. Et la frontière avec l’individualisme voire l’arrogance est infime. On peut tout interpréter d’une manière ou d’une autre. »

Là se trouve tout le dilemme. Si Mbappé est arrivé si haut à un âge si jeune, c’est grâce à son caractère très affirmé. Thomas Tuchel le rappelait avant le 8e de finale retour de Ligue des champions. « Il a une grosse personnalité, pour ses 20 ans. Donc ce n’est pas toujours facile. Mais pour moi, c’est indispensable qu’il ait cette personnalité, expliquait le coach allemand. Pour me mettre au défi, mettre au défi tout le monde autour de lui. Parce qu’il a cette volonté de devenir un joueur à part dans l’histoire. »

Attention quand même à ne pas vouloir jouer tout seul. Etre un joueur à part, quand on est attaquant, c’est gagner des trophées - ça, ça vaut pour tout le monde - et marquer des buts. Beaucoup. Tout le temps. Etre frustré quand on ne le fait pas fait partie du job, râler contre ses coéquipiers quand le ballon n’arrive pas devient une seconde nature. Tout cela est autorisé, du moment que cela reste « dans le cadre », comme on dit dans les cours de team building. Et là, c’est une histoire de dynamique propre à chaque groupe.

Didier Deschamps, qui fait du collectif une notion sacrée, a-t-il glissé quelques mots à ce sujet à son jeune attaquant depuis vendredi et avant le match face à l’Islande, lundi soir ? Absolument pas. « Il n’y a rien qui m’a déplu de la part de Kylian, a répondu le sélectionneur en conférence de presse dimanche, l’air étonné que la question puisse se poser. Je leur dis les choses [quand ça ne va pas], mais je n’ai rien vu de particulier par rapport à lui ou qui que ce soit. Non, rien à signaler de mon côté. »

Le capitaine Hugo Lloris n’a rien trouvé à redire non plus : « Il a beaucoup de respect vis-à-vis de ses partenaires et des institutions qu’il représente. Il est très ambitieux et il ne le cache pas. Il a toujours respecté les règles de vie. C’est normal qu’il soit décrypté vu son talent, son potentiel et son jeune âge. Il a encore de très belles choses à accomplir, on est là pour l’aider à le faire. Ensemble. » Comme d’habitude, chaque mot compte avec le gardien des Bleus. Le PSG et l'équipe de France ont besoin de l’immense talent de Mbappé, mais la réciproque est vraie s’il veut devenir ce que tout le monde lui prédit : le meilleur joueur du monde.