HBC Nantes: «Ça intrigue, ça inquiète...», Feliho évoque la (petite) crise du «H»

HAND Avec des résultats sportifs (un peu) moins bons et un entraîneur sur le départ, le HBCN se déplace à Rhein-Neckar en 8e de finale de la Ligue des champions ce mercredi 

David Phelippeau

— 

Rock Feliho.
Rock Feliho. — Patrik STOLLARZ / AFP
  • Résultats (un peu) en berne et crise en interne, le HBC Nantes n'est pas serein avant d'aller à Rhein-Neckar ce mercredi en 8e de finale de la Ligue des champions.
  • Le capitaine nantais Rock Feliho dédramatise la situation.

Tout a été mis sur la place publique, maintenant, place au terrain. Le HBC Nantes, qui a perdu lors des deux dernières rencontres le titre de champion de France (défaite 34-29 à Paris) et la Coupe de France (défaite 36-33 à Chambéry), retrouve la compétition avec un 8e de finale de la Ligue des champions ce mercredi (19 h) en Allemagne contre Rhein-Neckar après 10 jours sans match, mais pas sans remous.

La semaine dernière, ce que beaucoup redoutaient au club a été confirmé d’abord par un communiqué puis par les déclarations du président Gaël Pelletier :  Thierry Anti, coach historique du HBCN, ne sera plus sur le banc au-delà de 2020. Une semaine avant, c’est le joueur qui a les clés du jeu – en l’occurrence Nicolas Claire – qui faisait part de son souhait de faire ses valises dès juin prochain. Tout cela sur fond de désaccords et de non-dits.

Lundi, le capitaine Rock Feliho a pris la barre d’un bateau chancelant. Sans nier la période de turbulences, mais en la dédramatisant. « On a eu des crises, des parties plus délicates et on les a traversées, insiste le patron de la défense. La preuve, on est toujours en haut. Beaucoup d’équipes aimeraient être à notre place. »

Quelle va être la réaction du groupe ?

Feliho ne se cache pas quand on l’interroge sur les différentes décisions et déclarations qui ont pollué le club ces 15 derniers jours, mais il désamorce. « Ça fait partie de la vie d’une équipe, d’un club. Cela concerne des personnes importantes. C’est sûr qu’il y a eu un peu d’agitation. On est pros, on doit se concentrer sur le sportif. Je m’assure bien que chacun se concentre sur sa tâche. » Il poursuit : « C’est le lot des équipes qui grandissent. Tous les ans, il y a des arrivées et des départs de personnes plus ou moins importantes. Là, ça concerne l’entraîneur, c’est quelqu’un. Et notre demi-centre [Nicolas Claire] qui est là depuis longtemps. Ça intrigue ou ça inquiète beaucoup de monde. »

En Allemagne, la réaction du HBC Nantes, privé de Claire blessé aux abdominaux, sera scrutée. « Il faut savoir passer à autre chose, balaie le coach Anti. C’est une atmosphère spéciale en ce moment, mais nous, à l’entraînement, ça se passe très bien. Je ne sais pas si tout ça a vraiment pollué le groupe, je suis curieux maintenant de voir ce que ça peut donner en match. »