Toulouse: Offrir une carrière, même à l'étranger, aux footballeurs amateurs? C'est le pari de l'appli YesWePlay

FOOTBALL L'application YesWePlay Football va mettre en relation joueurs amateurs, agents, entraîneurs et clubs

Nicolas Stival

— 

L'application YesWePlay Football doit permettre notamment aux joueurs amateurs de trouver un club, même à l'étranger. Illustration.
L'application YesWePlay Football doit permettre notamment aux joueurs amateurs de trouver un club, même à l'étranger. Illustration. — Pixabay
  • Créée par de jeunes Toulousains, l’application YesWePlay Football doit permettre à des joueurs amateurs de trouver un club, notamment à l’étranger.
  • L’appli devrait être disponible courant avril et vise « entre 20.000 et 50.000 utilisateurs » dès son lancement.

Ils parcourent la France et l’Europe. Ils sponsorisent des événements comme la récente International Futsal Cup U10 à Toulouse. Agés de 26 à 31 ans, les sept associés de YesWePlay Football préparent activement le lancement de leur application mobile, prévu début avril. Si les Italiens de Wyscout s’adressent au monde pro, les Toulousains visent essentiellement les footballeurs amateurs.

A l’origine du projet, une association fondée en 2014. « L’objectif, c’était d’aider des joueurs non retenus par des centres de formation, en manque de visibilité », explique le président Marc Bohui. « Une école de la deuxième chance, où on leur apprend à faire des CV », complète Samir Hayani, directeur commercial de la société par actions simplifiée (SAS) fondée en octobre dernier pour « professionnaliser la structure ».

Marc Bohui et Samir Hayani, deux des associés de l'application YesWePlay Football.
Marc Bohui et Samir Hayani, deux des associés de l'application YesWePlay Football. - N. Stival / 20 Minutes

Depuis cinq ans, YesWePlay Football indique avoir placé « une cinquantaine de joueurs » qui, après des essais, « ont signé un contrat pro en D2 Suisse, en D2 turque, ou en D3 anglaise. »

Avec l’appli, il s’agit pour le club des sept de passer à la vitesse supérieure. « Le joueur va créer son CV numérique sur trois ans, avec les vidéos de ses meilleurs moments », détaille Marc Bohui.

« Via l’application, un agent, un club ou un coach va avoir de la visibilité sur les joueurs. Un algorithme leur permettra de trouver le joueur de leur choix n’importe où dans le monde, à Bogota, en Israël ou en Afrique du Sud. »

Le jeune homme s’est servi de son expérience de footballeur pour bâtir le projet avec ses associés. Après avoir commencé aux Toulouse Fontaines puis à Colomiers, Marc Bohui a évolué « avec plusieurs réserves de clubs professionnels anglais comme Leyton Orient, Birmingham et Charlton, ainsi qu’en Suisse, avec la réserve du Servette Genève ».

Tenter sa chance loin de chez soi

S’il n’a jamais percé au plus haut niveau, il a tissé un réseau qu’il s’est employé à réactiver. Et il veut inciter des footballeurs amateurs à tenter – comme lui — leur chance loin de chez eux, au lieu de « végéter » dans les « petits » clubs des alentours.

Selon ses créateurs, l’appli permettra également aux clubs intéressés de découvrir de nouvelles têtes. Ils prennent l’exemple d’un entraîneur d’une formation de National 3 (cinquième division) de l’agglomération toulousaine. « Il a perdu son meilleur attaquant. Il nous a dit qu’il cherchait le même, mais pas un joueur de la région qui fait le tour des clubs du coin avant d’arrêter le foot. Quand l’appli sera là, il pourra rentrer les critères recherchés [taille, poids, caractéristiques physiques et mentales, parcours…] et il trouvera. »

Et les agents, dans tout ça ? « Ils peuvent d’abord croire que c’est de la concurrence indirecte, mais quand on leur explique, ils comprennent que nous sommes complémentaires, que c’est du gain de temps et d’argent pour eux », répond Samir Hayani.

En parlant de sous, le téléchargement et l’inscription seront gratuits, comme la période de test. Puis « un joueur ou un coach paiera un abonnement mensuel de 4,99 € par mois, et un agent 50 €, mais ce sera évolutif. Pour les clubs, ce sera au cas par cas », indiquent les associés.

Ceux-ci multiplient les voyages pour rencontrer leurs « parrains », comme Franck Leboeuf, et leurs « égéries ». Autrement dit des ambassadeurs de YesWePlay Football. Sur les réseaux sociaux, ils partagent ainsi des photos avec Issa Diop (West Ham, ex-TFC) ou voici quelques jours, avec Parfait Mandanda, avant que le frère de Steve ne quitte la Belgique et Charleroi pour la Roumanie et le Dinamo Bucarest.

Devenir une « référence »

Les jeunes Toulousains se veulent très, très ambitieux : « A la sortie de l’appli, nous espérons entre 20.000 et 50.000 utilisateurs. Et dans la deuxième année d’existence, nous voulons être présents au niveau international. » La phrase de la fin est pour Samir Hayani : « Désormais, quand un joueur veut prendre en mains son parcours, il faut qu’il se dise que la référence, c’est YesWePlay. »