Gymnastique: la Chine pourrait perdre au moins deux de ses médailles d'or

JO2008 Le CIO a demandé à la Fédération internationale de gymnastique de se pencher à nouveau vendredi sur l'âge de la gymnaste He Kexin qui aurait été trop jeune pour concourir...

A Pékin, Caroline Dijkhuis

— 

He Kexin, le 13 août, montre sa médaille d’or aux journalistes après avoir remporté l’épreuve de gymnastique artistique.
He Kexin, le 13 août, montre sa médaille d’or aux journalistes après avoir remporté l’épreuve de gymnastique artistique. — C.DIJKHUIS/20 MINUTES
Envoyée spéciale à Pékin
 

Le CIO a demandé vendredi matin à la Fédération internationale de gymnastique de se pencher à nouveau sur l’âge de la gymnaste He Kexin, médaille d’or de gymnastique artistique par équipe et médaille d’or aux barres parallèles asymétriques. Selon de nombreuses listes officielles chinoises, l’athlète n’aurait que 14 ans, deux ans de moins que la limite d’âge autorisée pour participer aux compétitions de gymnastique aux Jeux olympiques.

 

Avec un total de 46 médailles d’or, deux ou trois médailles de moins ne ferait pas grande différence, mais pourrait jeter sur la Chine un large discrédit à trois jours de la cérémonie de clôture des Jeux.

 

«Nous avons demandé aux fédérations de gymnastique de regarder cela de plus près, a indiqué Giselle Davies, la porte-parole du CIO. Si la question se pose, et nous le craignons, nous demanderons aux organismes régissant ce sport de réagir.»

 

«Ce n’est pas une enquête à proprement parler, confie-t-on encore du côté du CIO. Nous avons reçu de nouveaux éléments de la part de médias qui ont justifié cette interrogation. Nous nous étions déjà posé la question en début d’année et juste avant les Jeux, mais le comité olympique chinois avait fourni des informations satisfaisantes.» En effet, le passeport de He Kexin, édité le 14 février 2008, indique qu’elle est née le 1er janvier 1992. Et aurait donc 16 ans.

 

De nombreuses preuves officielles et des témoignages

 

Pourtant, sur de nombreuses listes officielles de l’administration nationale des sports de Chine compilant les noms des athlètes chinois, effacées de l’internet mais encore disponibles en cache, la date de naissance de He est le 1er janvier 1994. En 2005, 2006, 2006/2007. Contrairement à ses coéquipières, la gymnaste n’apparaît pas sur la liste nationale de 2004, ce qui est étonnant si elle avait vraiment 12 ans à l’époque.

 

On peut supposer que He Kexin ait été repérée le 3 novembre 2007, lors d’une compétition nationale les «City Games», où elle a raflé la première place aux barres parallèles, devant une athlète de l’équipe nationale. Un article de l’époque de l’agence officielle Xinhua indique que He Kexin avait 13 ans. Sur la liste des participants à ces City Games retrouvée par 20minutes.fr, He Kexin a bien 13 ans. La liste, dont nous possédons une copie papier, était encore en ligne mais a été effacée l'un de ces quatre derniers jours.

 

20minutes.fr s’est alors penché sur la biographie officielle de He Kexin, et a demandé à l’école de sports Shishahai de Pékin à consulter la liste de ses élèves gymnastes sur les dix dernières années. La gymnaste est censée y avoir séjourné de 2000 à 2002. «Nous avons perdu toutes nos archives», a répondu un responsable de l’école.

 

Nous avons retrouvé Li Xia, une jeune fille qui a suivi des cours de gymnastique là-bas tous ses après-midi entre 1999 et 2002, soit pendant les deux années où He Kexin était supposée être en résidence. Les groupes de gymnastiques sont composés d’une trentaine d’enfants du même âge. Li Xia n’a aucun souvenir de He Kexin.

 

Puis sur internet, nous avons retrouvé «Angel», une blogueuse très fière d’avoir été dans la même classe que He Kexin en primaire. Angel est née en 1994 et a donc14 ans. Les classes à plusieurs niveaux n’existent pas en Chine.

Trois athlètes et quatre médailles concernées en tout

He Kexin n’est pas la seule dont l’âge est en question. La date de naissance de Yang Yilin (médaille d’or par équipe, bronze en gymnastique individuelle et or au sol) serait aussi en question. Officiellement, elle serait née le 26 août 1992, et concourrait bien à ces Jeux l’année de ses 16 ans, mais sur la liste de 2005, elle est née le 26 août 1993, et ne fêterait donc que son quinzième anniversaire la semaine prochaine.

 

Jiang Yuyuan (or par équipe) est née le 1er novembre 1991 selon son nouveau passeport imprimé le 2 mars 2006. Pourtant, le New-York Times a retrouvé une copie de sa carte d’identité utilisée dans une liste du bureau des sports de la province du Zhejiang. La fillette serait en fait née le 1er octobre 1993, et n’aurait que 15 ans dans un mois. 20minutes.fr a également retrouvé que cette gymnaste a aussi fini deuxième par équipe aux championnats du monde de Stuttgart en septembre 2007.

 

En tout, ce serait quatre médailles chinoises qui auraient donc été obtenues par des athlètes ne respectant pas l’âge minimum de 16 ans imposée depuis 1997 par le CIO. Cette décision avait paradoxalement été prise pour protéger les athlètes à ne pas être poussées dans des limites physiques trop jeunes.

 

La neutralité des médias chinois en question

 

Les médias chinois avaient justement souligné l’importance pour le pays de décrocher ce record historique de neuf médailles en gymnastique cette année, une discipline phare et qui était au centre de la course aux podiums entre la Chine et les Etats-Unis.

 

Toujours prompts à médiatiser une nouvelle médaille d’or, aucun des médias chinois n’a annoncé vendredi matin la décision du CIO d’examiner plus attentivement le cas de He Kexin.

 

Ces deux dernières semaines, les quotidiens chinois avaient d’ailleurs lancé une contre-offensive contre les enquêtes des médias occidentaux sur le sujet. 20minutes.fr avait même été directement concerné, décrit à plusieurs reprises comme faisant partie des «journalistes américains qui voulaient tendre un piège à He Kexin». Nous avions simplement demandé à la gymnaste de nous décrire son quinzième anniversaire. Deux démentis ont été demandés au Zuqiu Bao, le deuxième quotidien sportif du pays, et au Dongfeng Ribao. Les deux journaux ont répondu qu’un démenti serait «trop dommageable pour leur image.»