VIDEO. NBA: Nike s'excuse pour la blessure du futur numéro 1 de la draft à cause d'une chaussure défectueuse

BASKET Zion Williamson s'est blessé dans les première secondes du choc universitaire entre Duke et North Carolina car une de ses chaussures s'est décomposée sur un appui

J.L.

— 

Zion Williamson, prochain numéro 1 de la draft NBA?
Zion Williamson, prochain numéro 1 de la draft NBA? — Gerry Broome/AP/SIPA

Il s’appelle Zion Williamson, et si son nom ne vous dit rien, ce n’est qu’une question de temps. Le garçon est annoncé comme le prochain Lebron James de la NBA​, dont il devrait d’ailleurs être le choix n°1 à la prochaine draft. Sauf que l’aventure a bien failli tourner court pour le prodige de l’université de Duke après une mésaventure qui génère une polémique incroyable aux Etats-Unis.

Le jeune homme de 18 ans à la vitesse incroyable au vu de son gabarit (129 kg pour 2m01) s’est blessé au bout de 30 secondes du match face à North Carolina, pour l'un des matchs les plus attendus de la saison universitaire, pour lequel les places se sont arrachées à plus de 2500 dollars, avec Barack Obama au bord du terrain.

La faute à sa chaussure gauche qui s’est complètement décomposée au moment de poser son appui. Si le genou donne l’impression de se dérober sur le coup, le coach de Duke s’est voulu rassurant, parlant « d’une légère entorse et d’un genou stable ». Nike, équipementier de Duke, s’est immédiatement fendu d’un tweet pour exprimer son inquiétude et souhaiter un prompt rétablissement à Williamson. « La qualité et la performance de nos produits sont de la plus grande importance. Ceci est un incident isolé et nous cherchons à identifier la cause du problème ».

Si la marque américaine a été critiquée un peu partout, comme son homologue Puma qui a chambré sur les réseaux sociaux avant d’effacer son tweet, c’est plus globalement le principe même du système universitaire américain qui est remis en cause par plusieurs joueurs de NBA, anciens et actuels. En cause, le fait que les joueurs univeritaires ne soient pas rémunérés un centime alors qu’une blessure peut arriver à tout moment et ruiner une carrière encore balbutiante, au moins financièrement.