SCO-OM: «Ce soir, on limite la casse avec ce point...», avoue le sauveur Steve Mandanda

FOOTBALL Le gardien de bult olympien a été le grand artisan du match nul (1-1) des Marseillais à Angers samedi soir...

David Phelippeau

— 

L'ouverture du score de Bahoken pour Angers à la 36e.
L'ouverture du score de Bahoken pour Angers à la 36e. — Jean-François MONIER / AFP

Pour son 500e sous les couleurs marseillaises, il n’a pas déçu. Samedi soir, à Angers, Steve Mandanda, critiqué ces dernières semaines, est redevenu irrésistible. En multipliant les arrêts de grande classe, il a permis à l’OM d’arracher un point (1-1). Un moindre mal compte tenu notamment de la première période durant laquelle les hommes de Rudi Garcia ont bu la tasse et bien failli se noyer totalement.

« Quand votre gardien vous fait des arrêts comme ça, ça vous permet au moins d’égaliser derrière, reconnaît Garcia. On retrouve le grand Steve Mandanda et c’est important. » Capital même pour Rudi Garcia, qui en cas de nouveau revers samedi soir, aurait vécu des vacances plus que mouvementées…

Mandanda irrésistible

Quand il n’a pas été sauvé par son poteau sur un tir de Capelle (18e), Mandanda a multiplié les prouesses. Pendant tout le match, il a livré un duel exceptionnel avec le milieu de terrain angevin Reine-Adélaïde avec deux arrêts décisifs en face-à-face aux 12e et surtout 65e. Sur ce dernier, il a « giclé » dans les pieds de l’Angevin pour contrer le ballon. A chaque fois, l’OM était proche de la noyade, mais Mandanda a maintenu ses partenaires à flot. A la 57e, il sortait encore une parade sur un tir de Fulgini.

« Aujourd’hui, c’est moi. D’autres fois, c’était d’autres joueurs… » Le gardien de but de l’OM n’est pas du style à fanfaronner. En attendant, l’OM devrait passer les fêtes avec un poil plus de sérénité grâce à son portier. « Ce soir, il fallait gagner on ne l’a pas fait, mais on limite la casse avec ce point pris », conclut le héros du soir.