Guillaume Florent, l'ingénieur olympique

F. L. - ©2008 20 minutes

— 

A 34 ans, Guillaume Florent aborde ses troisièmes Jeux olympiques plein d'ambition. Après Atlanta (15e) et Athènes (8e), le Dunkerquois veut enfin faire un résultat à Pékin : « Mes premiers JO, c'était un peu Disneyland, j'ouvrais grand les yeux autour de moi, mais je n'étais pas assez concentré sur la compétition. Aujourd'hui, je vise le podium. » Fort de sa troisième place aux derniers championnats d'Europe, Guillaume Florent est confiant. Dans les eaux de Grand Fort Philippe, sa base d'entraînement, il défie les courants sur son finn, un bateau à voile de 4,5 m de longueur.

Une discipline physique et technologique qui correspond bien à cet ingénieur informatique de métier. « Il y a pas mal d'aspects techniques à maîtriser sur un finn. Et comme tout ingénieur, j'aime bien bidouiller », sourit le Nordiste. Le boulot, la compétition, Guillaume a beaucoup bougé pour concilier les deux. Mais à quelques semaines des Jeux, il est concentré sur son objectif. Sans emploi, il se remettra sur le marché du travail après Pékin. Avec l'espoir d'ajouter une médaille olympique à son CV.