Poussée par les clubs, la LFP s'en prend à beIN Sports, qui ne vend pas la L1 assez cher à l'étranger

FOOTBALL Les clubs français se partagent aujourd'hui 70 millions d'euros par an, un chiffre loin de ce que touchent les anglais, les espagnols ou les allemands...

N.C.

— 

La prix de la diffusion de la Ligue 1 à l'étranger par beIN Sports est au coeur de discussions entre la Ligue et le groupe qatari.
La prix de la diffusion de la Ligue 1 à l'étranger par beIN Sports est au coeur de discussions entre la Ligue et le groupe qatari. — PASCAL PAVANI / AFP

Alors que les droits TV sur le marché français vont bientôt connaître une nette revalorisation - 1,153 milliard à partir de 2020, contre 762 millions pour l’instant -, la mise en valeur de la Ligue 1 à l’étranger n’est pas du tout à la hauteur, selon les clubs. L'Equipe du jour raconte comment plusieurs présidents mettent la pression sur la LFP et beIN Sports, le groupe chargé de la revente à l’étranger, pour revaloriser le contrat qui les lie.

Seulement 1,5 million au Brésil, malgré Neymar

Pour le moment, les clubs français se partagent 70 millions d’euros par an. Une paille, à côté des anglais (1,3 milliard), des espagnols (650 millions), des italiens (370 millions) et des Allemands (250 millions). La faute à un contrat longue durée signé entre la Ligue et le groupe qatari en 2011, et prolongé jusqu’en 2024, précise le quotidien. « C’était une erreur (…). Il faut le modifier pour les intérêts du football français », a notamment regretté le vice-président de Monaco Vadim Vasyliev.

La LFP est en train de s’y atteler. Selon une étude qu’elle a commandée, la L1 pourrait rapporter 39 millions d’euros de plus par an, soit 234 sur les six ans restants jusqu’à la fin du contrat, explique L’Equipe. L’exemple du Brésil, qui ne rapporte que 1,5 million par an malgré la présence de Neymar au PSG, interpelle notamment. Les choses ne devraient pas évoluer demain, mais des discussions sont en cours entre la Ligue et beIN Sports.