Revivez Allemagne-Pologne en live

Alexandre Pedro

— 

Les Allemands écourtent affectueusement les noms à rallonge de Podolski ("Prinz Poldi") et Schweinsteiger ("Schweini", sachant que "Schwein" signifie "porc"...).
Les Allemands écourtent affectueusement les noms à rallonge de Podolski ("Prinz Poldi") et Schweinsteiger ("Schweini", sachant que "Schwein" signifie "porc"...). — Thomas Lohnes DDP/AFP
Allemagne - Pologne 2-0 (Podolski X2)
On se retrouve demain pour les débuts des Bleus contre la Roumanie à 18h, en live sur 20minutes.fr. A moins que Domenech déprogramme le march au dernier moment  pour tromper les médias et les supporteurs.
Entrée convaicante des Allemands que l'on retrouve au niveau de 2006.  Mais méfiance, ce n'était que la Pologne en face, une équipe qui ne passe pas un premier tour depuis la Coupe du Monde 82. Confirmation avec le doublé de Podolski (remplaçant au Bayern) que les buteurs providentiels  des Euros sont souvent des joueurs moyens.
90e Les favoris du haut du tableau ne se sont pas ratés pour leur entrée en matière. Allemagne ou Portugal, quelle équipe vous a le plus impressionné? Notre reporter en Suisse a trouvé de quoi redire sur la prestation portugaise de samedi. Les raisons sont sur le blog Euro2008 de la rédaction.
89e ARNETTE, Chez les consultants on aime bien Duga, Wenger  et Laurent  Fignon. Mais là on parle de vélo.
85e Les Allemands ne veulent pas s'arrêter  à deux. Hitzberger allume encore Boruc. Vive la Bundesliga et les frappes dans toutes les positions.
83e  Les Polonais étaient pas loin de revenir au score. Mais Lehman veillait sur cette tête à bout portant.
80e Schweinsteiger en est à sa quatrième minasse à 30m. Soit le total de Makélélé sur une saison.
78e Torsen Frigs rate une occasion dans la surface. C'était beaucoup trop près pour le cannonier du Werder.
75e Podolski est parti pour être le Charisteas ou Barros de cet Euro. Soit un type moyen en chaleur le temps de trois semaines.
72e de Podolski. Le doublé pour le plus polonais des Allemands. L'action était peu académique, Klose dévisse sa frappe qui lobe un défenseur polonais et Podolski allume. Beau but.
70e On tient déjà l'arrêt de ce début d'Euro.
69e Boruc la main de Dieu... Quel arrêt sur cette frappe de Ballack!!!
67e Il y a un contrat ou quoi sur Podolski. Les Polonais veulent lui faire regretter de ne pas avoir choisi la mère patrie, expression chère à Franck Leboeuf.
66eSchweinsteiger fait ce qu'il sait faire le mieux. Une grose mine à 30m. Boruc connaissait la chanson.
64e Piezceck Lobodzinski, on y gagne au change au niveau de l'orthographe. 
61e 100 hooligans allemands vient d'être arrêtés aux alentours du stade par la police autrichienne. Ils proféraient des slogans nazis. Plus d'informations à venir.
60e Lewandovski vient de démonter Podolski - pourtant d'origine polonaise - le est gentillet.
57e Le Brésilo-polak a apporté un plus. I
56e Arnette, Franck Leboeuf est assuré de passer les phases de Bleus. C'est ainsi.
55e Schweinstieger remplace l'excellent Fritz
49e Bastian Schweinstrieger s'apprête à renter. Certains adolescentes en sont folles outre-Rhin. C'est vraiment l'âge con l'adolscence.
48e Pas mal ce Fritz. On nous demande dans quel club il évolue. Réponse: le Werder de Brême, l'équipe la plus folle d'Europe qui termine souvent ses matchs sur des scores de tennis.
46e Les Polonais font rentrer un Brésilien avec le milieu offensif Guerreiro, qui remplace Zurawski   Après Pepe samedi, c'est peut-être la solution.
Foetus, les Polonais ont encore 45mn pour ne pas faire mentir la  prédiction de la 17e.
C'est la mi-temps. On s'est régalé dans un match fou à défaut d'être maîtrisé par la Mannschaft. Même s'ils mènent 1-0  depuis ce but de Podolski,  les Allemands se sont quand-même faits quelques frayeurs. Rien n'est joué donc.
45e L'arbitre oublie un coup franc à 20m pour les Polonais, du coup les esprits s'anime et Podolski ramasse. La vie est injuste.
44e Pas mal Lahm à droite, on avait appris à le connaîre au poste de latéral gauche.
41e Les Polonais sont moins restrictifs que Piotr Åšwierczewski: nous les avait présentés.
39e pour Smolarek. Sans le vouloir l'arbitre avait d'abord sorti le rouge. Il s'était juste trompé de poche.
37e Mais qu'est-ce qu'il rate Gomez??? Seul à 10m après un super rush de Fritz.
35e La défense allemande c'est quand-même pas la sécurité sociale, ou alors elle a perdu sa carte vitale.
33e Zurawski!!!! C'est à côté. Le centre en retrait était parfait. La frappe presque.
31e Les Allemands auraient intérêt à calmer le jeu de termps à temps.
29e Podolski avait été désigné meilleur jeune de la dernière Coupe du Monde devant Cristiano Ronaldo. La blague de 2006 et de loin.
27e Frappe cadrée pour la Pologne. C'est... un mec avec nom compliqué qui en est l'auteur. Bref, ça peut-être n'importe qui, sauf Bak
25e Ballack se la joue à la Pirlo, il se place devant la défense et cherche à organiser le jeu. Il est placé beaucoup plus bas à Chelsea, il faut dire que Frings est le seul milieu défensif de l'équipe.
22e Grosse naiveté de la part des Polonais, qui cherchent trop à jouer le hors-jeu. Ils vont au devant d'une grosse déconvenue.
19e de Podolski pour l'Allemagne. Encore un alignement à la louche de la défense polonaise, cette fois-ci Klose ne rate pas sa passe pour Podolski qui n'a plus qu'à pousser la balle au fond des filets. Pas le but le plus dur de l'année.
17e C'est peut-être la journée des Polonais, Kubica vient de gagner le GP du Canada sur le même circuit où il avait connu une sortie de route effrayante en 2007.
15e Le quart d'heure de présentation, ce n'est pas trop le genre de la Mannschaft. On n'hésite pas à prendre des risques et à se découvrir. Devant sa télé, Raymond Domench se demande où sont passés les trois milieux défensifs.
11e Ca chauffe encore sur le but de Boruc. Reprise ratée de Ballack qui manque de se transformer en passe décisive pour Klose.
7e Thierry Roland a bien connu le père de Smolarek, qui faisait parti de la génaration dorée, celle de Boniek à la fin des années 70 et début 80.
6e On prend enfin le temps de respirer dans ce mach parti sur un rythme de malade. On sent que ça peut craquer des deux côtés.
3e Klose tout seul!!! Il préfére la donner à Gomez. Mauvais. C'était quand-même un deux contre un face au gardien Boruc.
2e Première occasion, elle est pour la Pologne. Sur un ballon mal dégagé, Lewandowski hérite d'une situation en or, mais expédie son ballon dans la tribune où se masse de nombreux supporteurs polonais.
1er C'est parti. Petite surpise chez les Allemands avec l'abscence de Schweinsteiger. C'est Podolski qui joue mileu gauche. C'est un choix.
20h40 Belle petite ambiance pour cet Allemagne-Pologne. On arrive juste à temps pour les hymnes. N'hésitez à  nous laisser vos commentaires, vos blagues, vous pouvez aussi nous bâcher. Attention, on n'hésitera pas à se défendre.

Si la petite ville de Klagenfurt (90.000 habitants) redoute l'invasion de dizaines de milliers de supporters allemands (25.000 attendus selon l'UEFA) et polonais (20.000), les acteurs du match ont tenu à parler de football.

Troisième de son Mondial, l'Allemagne s'avance avec une équipe bonifiée par deux années d'expérience et une campagne de qualification réussie. «Nous avons progressé lors des deux dernières années, assure Torsten Frings, nous nous sommes qualifiés facilement pour l'Euro, ce qui n'a pas toujours été le point fort allemand».

Le milieu de terrain se méfie de l’unanimisme qui règne autour de la Mannschaft. L’Allemagne a de bons joueurs, mais peu de grands joueurs. Podolski n’a rien d’une pointure internationale en attaque, le poids des ans rattrape le portier Jens Lehman, sans parler d’une charnière pas réputée pour sa vitesse.

>>>L'Allemagne est-elle über alles? La réponse en cliquant ici.

La Pologne, elle, n'a pas franchi le premier tour au dernier Mondial, éliminée par... l'Allemagne, notamment. Mais elle a depuis progressé, devenant par exemple la première équipe qualifiée sur le terrain pour l'Euro. En phases finales, les Polonais sont souvent moins heureux, en témoignent les deux éliminations précoces lors des derniers mondiaux.

>>>Découvrez pourquoi la Pologne en a assez d’être le souffre-douleur de l’Allemagne en cliquant ici.

Contre une Allemagne réputée joueuse, les Polonais devraient adopter la tactique de l’hérisson, si l’on en croit l’ancien international, Piotr Świerczewski: «L’équipe de Pologne, c’est tout le monde derrière et on joue le contre». Les Allemands sont prévenus et devront peut-être prendre leur mal en patience.