VIDEO. FC Nantes: Vahid Halilhodzic n'aime pas être pris pour un «Guignol»

FOOTBALL Le nouveau coach du FC Nantes a toujours détesté sa caricature dans l'émission «Les Guignols de l'info» sur Canal +...

David Phelippeau

— 

Vahid Halilhodzic à Paris en 2009.
Vahid Halilhodzic à Paris en 2009. — A. Jocard / AFP
  • Vahid Halilhodzic avait sa marionnette aux Guignols de l'info sur Canal + dans les années 2000.
  • L'entraîneur du FCN supportait mal l'image renvoyée par sa marionnette en latex.

Lors de sa conférence de presse de présentation, les médias n’ont même pas eu besoin de lui en parler. Dans sa longue première tirade, il y a fait allusion : « A chaque fois, les journalistes me demandent si je suis quelqu’un d’exigeant, c’est à cause des Guignols ça… » Vahid Halilhodzic est très marqué par sa marionnette en latex qui voit le jour en novembre 2001. Alors entraîneur au LOSC, le nouveau coach du FC Nantes passe pour un tyran. « Un tortionnaire », ajoute Yves le Rolland, le créateur des Guignols de l’info sur Canal + (l’émission a disparu en juin dernier), qui n’a pas souhaité s’exprimer plus longuement sur ce sujet.

Un jour, la marionnette Vahid surgit dans une boîte de nuit où Ronaldinho, alors au PSG, fait la fête avec deux créatures devant une bouteille d’alcool bien entamée. Un autre, « Vahid joue aux cartes et à la roulette dans un casino et hurle qu’il est prêt à m’envoyer, moi, pour péter la gueule du croupier ! », se souvient Jérôme Alonzo, ex-gardien du PSG sous les ordres du Bosnien, mort de rire. Les sketchs amusaient d’ailleurs la France entière, beaucoup moins l’intéressé. En arrivant au PSG, il avait même déclaré : « Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas comme ça. Je ne comprends pas. Certains sont contents de passer aux Guignols de l’info. Pas moi. »

Ses enfants en ont souffert

Un proche du Bosnien se souvient que cette « caricature infâme qui le faisait passer pour un être tyrannique sanguinaire avait le don de l’agacer » et de faire souffrir ses enfants. « Heureusement, ils étaient assez âgés [pas loin de 20 ans], mais c’était dur pour eux de voir une image aussi dégueulasse de leur père. Je vous rassure, je ne l’ai jamais vu émasculer un joueur… »

Fabrice Pancrate rit encore de l’image que renvoyait son ancien coach (du PSG) pour qui il a beaucoup d’affection. « La marionnette de Vahid ? C’était un Bosnien qui avait connu la guerre, la misère avec un fort ego. Dans l’esprit, la caricature lui allait bien, mais ce n’était pas non plus un tyran ! »

« Sa voix est sortie facilement et m’est venue spontanément, elle collait à mon timbre », se souvient Yves Lecoq, la voix de la marionnette à l’époque. Pour singer au mieux le nouveau coach nantais : il faut « une voix froide avec un accent de l’Est pas très souriant » avec un zeste de « moi je, moi je… à la Alain Delon quoi ».

Un tyran vraiment ?

Yves le Rolland expliquait dans Le Parisien en 2004 : « On s’inspire tout le temps de la réalité. Nous n’inventons rien, nous sommes juste un miroir déformant. On regarde la télé, on lit beaucoup de journaux et quand un personnage sort du lot ou nous semble incroyable, on y va. Lorsque Lille cartonnait, il y avait des dizaines d’anecdotes sur la dureté et la discipline d’Halilhodzic. On a trouvé qu’il avait un caractère facilement caricaturable. »

Le côté tyrannique n’avait, semble-t-il, rien d’usurpé à entendre Jérôme Rothen, qui l’a bien connu aussi au PSG. « Vahid, c’est le chef et il décide de tout et tu dois l’accepter. Si tu ne l’écoutes pas, il va te choper et tu seras un traître à ses yeux. Il ne te calculera plus après ! » Alonzo conclut : « Ce n’est quand même pas rien d’avoir eu sa marionnette aux Guignols, ça montre que c’était un personnage… » Vahid s’en serait pourtant bien passé.