Equipe de France: Les comparaisons avec Guivarc'h? «Ouais, ben il est champion du monde», se moque Giroud

FOOTBALL Olivier Giroud s'en fout des critiques (et il a raison)...

W.P.

— 

Tut, tut les rageux
Tut, tut les rageux — FRANCK FIFE / AFP

Comme vous et nous, Olivier Giroud n’a marqué aucun but pendant le Mondial 2018. Mais contrairement à vous et nous, il a soulevé la Coupe du monde à la mi-juillet en Russie. Et ça, ça vaut bien toutes les critiques et moqueries du monde. Y compris les comparaisons avec l’illustre Stéphane Guivarc’h. « On m’a répété que je faisais une Coupe du monde à la Guivarc’h ? Ouais ben Guivarch, il est champion du monde et il s’en souviendra toute sa vie », a lancé Giroud dans un entretien paru lundi dans L’Equipe.

Si l’attaquant concède qu’il lui a manqué « quelque chose » pour ne pas rendre copie blanche en Russie (comme « plus de lucidité ou de promptitude »), il est persuadé d’avoir œuvré pour le collectif bleu à sa façon. « Avec les qualités, je suis tourné vers les autres. Et quand je fais marquer ou que je fais une course pour libérer un espace, tout ce que les gens ne voient pas directement, c’est important pour l’équipe. Je sais ce que j’apporte. »

Le but contre les Pays-Bas, « un soulagement »

Libérer des espaces, c’est bien. Mais marquer des buts comme contre les Pays-Bas en Ligue des nations, c’est mieux. Et puis ça libère. « J’attendais ça avec impatience […] Je l’ai vécu comme un soulagement, c’est vrai », a concédé Giroud. « En plus c’était un but important et il y avait la célébration de notre Coupe du monde avec le public juste après. » Ça compte presque comme un but en Russie, non ?