Nice: «Enormément de plastique me passait devant la figure», Rémi Camus boucle son tour de France à la nage

EN MER Arrivé la semaine dernière à Monaco, Rémi Camus était parti le 1er juin de Dunkerque…

Mathilde Frénois

— 

Rémi Camus est passé au large du Cap d'Antibes, début septembre.
Rémi Camus est passé au large du Cap d'Antibes, début septembre. — E. Arnau
  • En longeant les côtes, Rémi Camus a évolué sur 2.650 km autour du littoral français.
  • Il avait pour objectif de faire passer un message sur la préservation de l’eau et la lutte contre la pollution.

Rémi Camus avait déjà mis 100 jours à traverser l’Australie. Puis, il a descendu le fleuve Mékong du Tibet au Vietnam. Dans sa première aventure, la rareté de l’eau l’a contraint à boire son urine. Dans la seconde, son hydrospeed a eu du mal à passer les barrages de déchets. A 33 ans, Rémi Camus s’est donc inspiré de son expérience pour son nouveau défi. Souhaitant se concentrer sur la préservation de l’eau, il s’est lancé dans le tour de France à la nage. Parti le 1er juin de Dunkerque, il est arrivé à Monaco plus de cent jours plus tard.

Comment avez-vous préparé ce tour de France à la nage ?

Pendant huit mois, j’ai fait entre deux et quatre heures par jour d’entraînement sportif. Il fallait aussi que je prenne 5 kg pour me mettre dans l’eau sans subir sa faible température.

A quelles difficultés avez-vous été confronté lors de ces 2.650 km ?

D’un point de vue sportif, le tout début a été très sportif en mer du Nord et dans la Manche. Nager dix heures dans une eau à 8-10°C, ça fait perdre des calories. Il faut également lutter contre les marées. J’ai aussi croisé beaucoup de déchets au Havre et à l’entrée du port de Bayonne.

Et en Méditerranée ?

La Méditerranée est une poubelle. Il y a beaucoup de plastique et des déchets en tout genre, des petits et des gros. J’ai vu beaucoup de pneus de voitures. Le plus impressionnant, c’est la baie des Anges et la partie entre Nice et Monaco. Enormément de plastique me passait devant la figure.

Quels sont vos autres défis prévus ?

C’est un secret ! Mais ce tour de France en longeant le littoral, ça n’avait jamais été fait. Le but, c’était de sortir de l’eau tous les soirs pour témoigner de ce que j’ai pu voir la journée. Je veux continuer ce type d’expériences, toujours liées à l’environnement.