Montpellier: Cent cinquante millions d'euros pour le futur stade Louis-Nicollin

FOOTBALL Le futur stade Louis-Nicollin, d'une capacité d'environ 30.000 places comme l'actuel stade de la Mosson, sera livré en 2022. Il sera financé aux deux tiers par le privé...

Jerome Diesnis

— 

Le MHSC quittera le vétuste stade de la Mosson en 2022.
Le MHSC quittera le vétuste stade de la Mosson en 2022. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
  • La capacité du stade Louis-Nicollin sera d’environ 30.000 places. Le coût de l’opération s’élève à 150 millions d’euros, auquel s’ajouteront 50 millions (dont le financement reste à trouver) pour le futur Palais des sports dont le MHB sera club résident.
  • Le privé, constitué pour l’essentiel du Groupe Nicollin (et le club de foot du MHSC qu’il détient à 100 %), sera majoritaire dans le capital à hauteur de 65 %. Le reste appartiendra aux collectivités, métropole de Montpellier en tête.
  • La première pierre sera posée en 2019. La livraison prévue en 2022.

Le montage financier du futur stade de football Louis-Nicollin, ainsi que sa capacité, a été en partie dévoilé jeudi. Philippe Saurel, maire (DVG) et président de la métropole de Montpellier a annoncé sa livraison pour la saison 2022-2023. La première pierre sera posée le 7 juin 2019., lors de l’ouverture de la Coupe du monde féminine, dont Montpellier est ville hôte.

La capacité du nouveau stade du MHSC sera d’environ 30.000 places. Coût de l’opération : 150 millions d’euros (auquel s’ajouteront 50 millions pour le futur palais des sports dont le MHB sera club résident). L’enceinte sera financée par des fonds propres à hauteur de 60 millions, le reste par l’exploitation de l’équipement, selon une répartition qui n’a pas été détaillée.

Propriété du privé à 65 %

Le privé, constitué pour l’essentiel du Groupe Nicollin (et sa filiale, le club de foot du MHSC qu’il détient à 100 %), sera majoritaire dans le capital à hauteur de 65 %. Le reste appartiendra aux collectivités, métropole de Montpellier en tête, laquelle bénéficiera d’une minorité de blocage avec 35 % des actions. « C’est un montage financier jamais vu pour la construction et l’exploitation d’un stade », estime Philippe Saurel.

La métropole et le Groupe Nicollin l’imaginent comme « un lieu de vie », souligne Olivier Nicollin, PDG de l’entreprise de nettoiement. Situé dans le futur quartier Cambacérès, que Philippe Saurel imagine comme l’un des poumons économiques de la ville, l’enceinte abritera 20.000 m2 d’espace économiques et ludiques (des restaurants, un incubateur économique, un espace pour le e-sport, des lieux de spectacles, une offre hôtelière…) et l’incroyable collection de Louis Nicollin réunie dans un musée.

« Il y aura suffisamment de places de parking »

L’accès au stade sera favorisé par le prolongement futur de la ligne 1 de tramway « déjà financé par l’Etat, dont les travaux commenceront lorsque la gare TGV Sud de France [la gare de la Mogère, qui accueillera son premier TGV samedi] accueillera un nombre de trains conséquents, après la construction de la gare de Manduel [la future gare TGV de Nîmes] », évoque Philippe Saurel. Le président de la métropole a également demandé une voie d’insertion supplémentaire depuis l’autoroute A709 pour fluidifier le trafic.

Les places de parkings « seront suffisantes » promet Christophe Perez, directeur général de la SERM (la société d’économie mixte en charge de la mise en œuvre des grands équipements urbains de Montpellier). Le stationnement est l’un des freins au faible remplissage actuel du stade de la Mosson.

L’actuel stade du quartier de la Paillade ne sera pas démoli. « Il est en zone inondable. Si on le démolit, on n’aura plus le droit de reconstruire », précise Philippe Saurel. Il va devenir un futur hôtel d’entreprises, une fois menées d’importants travaux de sécurisations hydrauliques, pour l’évacuation de l’eau notamment en période de fortes pluies.

« On peut faire le meilleur stade français jamais créé depuis des années »

Dans son nouveau stade, le MHSC bénéficiera d’espaces commerciaux propres. « Ces revenus supplémentaires nous permettront d’être à armes égales avec des clubs comme Nice ou Bordeaux. Si on n’évolue pas, on sera écrasé dans ce milieu où de plus en plus d’investisseurs viennent faire du business », craint Laurent Nicollin.

Le président du MHSC envisage d’être un candidat régulier pour la qualification aux compétitions européennes. « De chez eux, les gens peuvent regarder n’importe quel match disputé au bout du monde, reprend-il. Aujourd’hui, ils veulent un confort supplémentaire, pouvoir venir une heure avant le match, y rester une heure après. On a visité plusieurs stades, on a plein d’idées. Si on arrive à les mettre en pratique, ce sera le meilleur stade français depuis des années. »