Pourquoi Montpellier mérite d'accueillir la Coupe du monde féminine de football

FOOTBALL Neuf villes seront bientôt choisies pour accueillir des matches de la compétition…

Nicolas Bonzom

— 

L'équipe de France de football féminin (Archives).
L'équipe de France de football féminin (Archives). — GUSTAVO ANDRADE / AFP

En mars 2015, la Fifa attribuait à la France le privilège d’accueillir la huitième Coupe du monde féminine de football, en 2019. Vingt-quatre nations s’affronteront dans cette compétition, dont TF1 a acquis les droits de diffusion des 52 matches.

Tandis que la liste définitive des villes organisatrices devrait être connue dans quelques semaines, à Montpellier, on s’active pour que le stade de la Mosson, si vieillissant soit-il, soit choisi… Onze villes ont déjà été présélectionnées par la Fédération française de football pour accueillir des matches, neuf villes seront finalement retenues. 20 Minutes vous dit pourquoi la capitale héraultaise mérite le mondial…

Parce que Montpellier, c’est la ville la plus sportive de France. Et c’est pas nous qui le disons, c’est le secrétaire d’État chargé des Sports en personne. Mardi, de passage à l’Open Sud de France de tennis à l’Arena, Thierry Braillard a lâché : « Si je suis si souvent venu à Montpellier, c’est qu’il s’agit de la ville la plus sportive de France ! ». Bim. Reste à savoir si l’ancien élu lyonnais flatte ainsi chaque commune qu’il visite…

Sinon, dans les faits, la capitale languedocienne abrite 14 clubs qui évoluent en première division, dont 13 participent à une compétition européenne. En 2012, la prestigieuse Académie des sports décernait d’ailleurs le titre de « ville la plus sportive de France » à Montpellier, en saluant les performances des équipes pros, mais aussi le sport amateur, et son impact sur le « travail dans les quartiers et la formation des jeunes ».

Parce que le sport féminin, c’est ici que ça se passe. Depuis plusieurs saisons, à Montpellier, les équipes féminines brillent. Trois titres de championnes de France ont été décrochés ces deux dernières années : les basketteuses du BLMA, qui ont également remporté la Coupe de France, et les demoiselles du kayak-polo en 2016, et les rugbywomen du MHR en 2015. Sinon, en football, le MHSC féminin n’est pas si mal. Le club, régulièrement dépouillé de ses talents, flirte avec l’élite : il occupe actuellement la troisième place du classement, avec 31 points, derrière le PSG (32) et Lyon (33).

Parce qu’on a raté l’Euro de football et le Mondial de handball. Et ça, les Montpelliérains ne le laisseront pas passer une troisième fois. Pour se consoler de rater l’Euro, la ville a néanmoins servi de camp de base aux Suisses et aux Italiens….

Mais le Mondial de handball ! Le MHB a remporté 13 titres de champion, autant de coupes de France, il est le seul club français à avoir soulevé le trophée de la Ligue des champions et neuf des seize Bleus ont porté (ou portent toujours) le maillot héraultais. Pourtant, la France n’a pas joué à l’Arena. Le public a eu droit à deux huitièmes et un quart de finale, qui n’ont pas attiré les foules. « Une déception », pour Rémy Lévy, le co-président du MHB. Une « situation merdique » pour le maire (divers gauche) Philippe Saurel, cité par Le Monde. Alors si l’on passe aussi à côté du Mondial féminin…

Parce qu’on a fait un clip de campagne tout beau. La métropole a dévoilé mardi un petit film pour soutenir la candidature de Montpellier à l’accueil du Mondial. Avec des joueuses, des joueurs et de nombreux acteurs de toutes les disciplines montpelliéraines, dont Patrice Canayer, manager du MHB, et Laurent Nicollin, président déléguée du MHSC, mais aussi l’Héraultaise Alexandra Rosenfeld, Miss France et Miss Europe 2006. Et… les chefs Pourcel, aussi. Le hashtag #Montpellier2019, qui n’a pour l’instant que peu de succès, a également été lancé. Et on a un slogan aussi « C’est ici que ça se joue », un logo et un site pour rejoindre le comité de soutien :  www.montpellier2019.fr.

Parce qu’on a un stade qui pète… Non, rien. Et si c’était LE point faible de la candidature montpelliéraine ? Le stade de la Mosson est « vieillissant », « obsolète », et en zone inondable. Philippe Saurel et Louis Nicollin l’avaient d’ailleurs clairement dit, lors de l’annonce du projet de nouveau stade, prévu à Odysseum, à l’horizon 2020.

La galère pour accéder au stade en voiture, pour se garer ou l’absence de brasseries ou de restaurants avaient aussi été pointées du doigt. « Ce n’est plus un stade apte à recevoir du monde. Même celui d’Angers, je crois qu’il est mieux que le nôtre », avait alors ironisé le président du MHSC, au micro de France Bleu Hérault, soulignant que la Mosson ne correspondait plus « aux critères du football moderne ». Oups.