Ligue 1: Revenu de nulle part, le LOSC visera le top 10 la saison prochaine

FOOTBALL Gérard Lopez, le président du club, et Christophe Gatier, l'entraîneur, ont donné une conférence de presse ce jeudi au domaine de Luchin...

Francois Launay

— 

Christophe Galtier et Gérard Lopez ont donné une conférence de presse commune
Christophe Galtier et Gérard Lopez ont donné une conférence de presse commune — F.Launay/20 Minutes
  • Sauvé sur le fil l'an passé, Lille revient avec de nouvelels ambitions
  • Le club visera une place dans les dix premiers de Ligue 1
  • De nouveaux changements sont à attendre au sein du club

Lille ne veut plus revivre ça. Après une saison cauchemardesque marquée par de nombreux épisodes rocambolesques et un maintien en Ligue 1 arraché sur le fil (17e), le LOSC tourne la page. Nouveau logo, nouvelle identité visuelle, Lille fait aussi table rase du passé dans les bureaux où plusieurs historiques du club sont en train de faire leurs valises.

Plus que jamais, Gérard Lopez et ses hommes (Marc Ingla, Luis Campos), arrivés au club en janvier 2017, sont bien les seuls maîtres à bord. Venu aux côtés de son entraîneur Christophe Galtier pour donner une conférence de presse de rentrée, le président nordiste en a profité pour balayer plusieurs sujets.

Lille se dit serein sur le plan économique

Sauvée sur le plan financier par la DNCG malgré un endettement de 111 millions d’euros au 30 juin 2017, le LOSC assure que ses problèmes économiques sont derrière lui. Tout en refusant de rentrer dans les détails. « Les fans ne s’intéressent pas à ça. Notre système est basé sur des résultats comme pour n’importe quel club de foot. Le LOSC doit être à l’équilibre comme n’importe quel club », a expliqué Gérard Lopez

Par contre, impossible de savoir quel est le modèle financier du Losc ni la nature des emprunts ni le rôle des actionnaires, Gérard Lopez préfère rester flou sans oublier de tacler des journalistes sportifs trop bêtes pour comprendre des montages financiers complexes.

« En dehors du club ou de la DNCG, je n’ai pas vocation à parler des finances du LOSC avec des gens extérieurs au club. Ce qui me gêne, ce sont les journalistes sportifs qui me posent des questions sur les finances. Et comme ils ne comprennent pas la finance, ils commencent à détourner les choses. C’est ça qui me pose un problème », a lancé Gérard Lopez.

Et de poursuivre : « On a répondu aux demandes de la DNCG sur la dette du club et d’autres questions. Je n’ai plus besoin de revenir sur le sujet. Simplement, la dette du club est contrôlée par une holding dont je suis propriétaire. Cette holding décide de ce qui se passe avec la dette. J’ai aussi lu qu’Elliott (fonds d’investissement) avait la possibilité de reprendre le club. C’est faux. On a juste laissé une porte ouverte car on s’attend à ce qu'un nouveau partenaire entre. Aujourd’hui, le club est dans une bonne situation financière. »

Un nouveau staff choisi par Campos ?

A l’exception de Thierry Oleksiak, avec qui il est arrivé l’hiver dernier, Christophe Galtier aura de nouvelles têtes dans son staff dans presque tous les secteurs.

Si Joao Sacramento, proche de Luis Campos, était déjà l’an passé, il semble que le conseiller spécial du président, non rémunéré par le LOSC, a eu son mot à dire dans la composition du staff. Venu de l’AS Monaco, où Campos a travaillé, Patrick Flamant, médecin du centre de formation dans le club de la Principauté, sera le nouveau chef médical du LOSC.

Le Portugais Nuno Santos, qui arrive de l’équipe nationale du Canada, devient le nouvel entraîneur des gardiens. L’Espagnol Pedro Gomez Piqueras est le nouveau préparateur physique. Il sera assisté de son compatriote Eduardo Parra García, chargé de la récupération des joueurs. A ce staff hispano-portugais, on peut aussi ajouter un programme de préparation au Portugal, patrie de Luis Campos, et des matchs amicaux contre le FC Porto ou encore le club de Portimonense. Tout sauf un hasard…

Un recrutement basé sur l’expérience

Jugé trop peu expérimenté la saison passée, l’effectif du LOSC va évoluer cet été. Pour se renforcer, le Losc aura une enveloppe un peu moins importante que celle de la saison dernière (70 millions d’euros). Mais avec quand même de quoi largement voir venir. « Je pense qu’on sera dans le top 5 des clubs français en termes d’investissement. On sera en dessous de la saison dernière mais toujours dans une enveloppe qui sera conséquente. », assure Gérard Lopez.

Côté postes ciblés, Christophe Galtier, qui travaille avec Luis Campos sur le recrutement, voudrait avant tout de l’expérience. Avec au moins un joueur par ligne « la colonne vertébrale » (un gardien, un défenseur, un milieu et un attaquant. S’il n’a pas donné de noms précis, l’entraîneur lillois a juste assuré que Stéphane Ruffier, le gardien de Saint-Etienne, ne viendra pas au LOSC. Le coach nordiste ne veut pas non plus trop de joueurs dans son groupe. « Je ne veux pas qu’il y ait d’embouteillages. Je souhaite travailler avec vingt joueurs de champ hors gardiens », explique Galtier.

Plusieurs départs à attendre

Obligé de dégraisser comme il l’a promis à la DNCG, le club devrait se séparer de plusieurs éléments de la saison dernière. « On travaille sur des départs. On a fixé un montant en interne. Des noms sont définis. Il y a des noms qui circulent mais ce ne sont pas nécessairement ces joueurs-là qui doivent partir », assure Gérard Lopez.

Très sollicité après sa bonne saison, Nicolas Pépé ne fera pas forcément ses valises. A l’inverse, des joueurs comme Ibrahim Amadou, qui voulait déjà quitter le club l’hiver dernier, devrait s’en aller.

Objectif top 10

Raillé toute la saison passée pour avoir ambitionné de finir dans le top 5, le LOSC a décidé de viser un peu moins haut. Cette année, le club essaiera d’abord de se faire une place dans les dix premiers. « L’an dernier, on aurait dû être plus méfiant sur la façon de s’exprimer. Il n’y a pas de boule de cristal. On n’a jamais eu envie de jouer Madame Irma la saison passée mais on a peut-être mal communiquer. Mais en renforçant l’équipe cette saison, en ayant plus d’expérience, on ne va certainement pas s’attendre à la saison qu’on a vécue l’an passé. A partir de là, on visera le top 10 et on verra », lâche Gérard Lopez.

>> A lire aussi : Ligue 1: Un nouveau logo pour le Losc