Nice: Ils grimpent «à l’aveugle» pour mieux comprendre le handicap

HANDISPORT Les écoliers niçois sont sensibilisés au handicap via le sport…

Mathilde Frénois

— 

Une dizaine de classes de cM2 de Nice ont pratiqué des handisports.
Une dizaine de classes de cM2 de Nice ont pratiqué des handisports. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Ils ont aussi pratiqué le tandem aveugle, l’escrime aveugle, l’escrime fauteuil, le torball, le tennis fauteuil et le volley assis.
  • Cette journée de sensibilisation est organisée par l’IAE de Nice et des associations azuréennes.

C’est la première fois que Stefia grimpe sur le mur d’escalade. Prise après prise, elle arrive jusqu’au sommet du rocher artificiel. Sans vertige. C’est que Stefia, 10 ans, a gravi la dizaine de mètres… les yeux bandés. Pour sensibiliser au handicap, l’association azuréenne Handi-Loisirs et l’ IAE organisent des activités pour les écoliers niçois.

A tâtons, Stefia redescend. « Il faut faire confiance et se faire aider de la personne qui nous assure, analyse-t-elle une fois retournée sur la terre ferme. Je le savais déjà, mais en faisant de l’escalade les yeux fermés, on comprend qu’il faut aider les personnes handicapées. »

« On comprend mieux »

Si Stefia n’a pas ressenti les effets du vertige grâce au bandeau, elle a eu davantage de mal à se repérer dans l’espace. « Les yeux, c’est le handicap le plus facile à symboliser. En pratiquant, on comprend mieux, on est au pied du mur, explique Jérôme Delpech, président de l’association Handi-Loisirs. Je me bats pour que les personnes handicapées soient intégrées comme les autres personnes. Ça passe par ce type d’activités. »

Durant cette journée de sensibilisation organisée par l’IAE « management du sport » de Nice, les écoliers ont pu tester l’escalade aveugle. Et cinq autres sports grâce à des associations : le tandem aveugle, l’escrime aveugle, l’escrime fauteuil, le torball, le tennis fauteuil et le volley assis. Comme Stefia, une dizaine de classes niçoises de CM2 ont été sensibilisées par le sport à la question du handicap.