Ligue 1: Après le passage devant la DNCG, la confiance est de mise au LOSC

FOOTBALL Gérard Lopez, le président du Losc, aurait apporté les garanties financières demandées par le gendarme financier du foot français…

Francois Launay

— 

Gérard Lopez, le président du LOSC
Gérard Lopez, le président du LOSC — F.Lo Presti/20 Minutes

Lille ne crie pas encore victoire mais le ouf de soulagement ne semble plus très loin. Alors que le club nordiste passait une audition capitale pour son maintien en Ligue 1 ce mardi devant la DNCG, il semble que l’entretien se serait bien passé.

« La confiance est de mise. Ça devrait passer », nous a confiés une source proche du club nordiste. Pour l’instant, la DNCG n’a pas encore rendu son verdict mais sa décision pourrait tomber ce mercredi.

80 millions d’euros sur un compte bloqué

Une décision positive est attendue car il semble que Gérard Lopez, le président du Losc, a apporté les garanties demandées par le gendarme financier du foot français. 80 millions d’euros auraient bien été déposés sur un compte bloqué. Et le club compte aussi vendre cet été pour 70 millions d’euros de joueurs.

Le spectre de la relégation administrative en Ligue 2 longtemps redouté semble donc s’éloigner.

Un endettement de plus en plus important ?

Reste à savoir d’où vient cet argent. Alors qu’il avait déjà emprunté 140 millions d’euros en juin 2017 sur le marché obligataire, le président lillois aurait-il pris le risque d’emprunter une nouvelle fois à des fonds d’investissement ? Une solution qui permettrait le sauvetage du club à court terme mais ferait courir un très gros risque en cas de nouvel échec sportif la saison prochaine au vu d’un endettement qui dépasserait les 200 millions d’euros.

A moins que Lopez n’ait décidé d’investir son argent personnel ou de trouver un investisseur prêt à entrer au capital du Losc.

La hausse des droits télé, bonne nouvelle pour Lille

Reste que la grosse revalorisation des droits télé qui vient d’être annoncée à partir de 2020 (de 752 millions à 1,153 milliard d’euros par an) est une bonne nouvelle pour le Losc car cela va automatiquement faire augmenter les recettes du club nordiste dans deux ans. A condition évidemment de rester d’ici là en Ligue 1.

Interdit donc de refaire une saison aussi pourrie que celle de cette année. Sinon, plus dure sera la chute pour un club sans doute sauvé sur le court terme.

>> A lire aussi : Ligue 1: Du pire au meilleur, les quatre scénarios possibles pour le Losc devant la DNCG