Stade Toulousain: «Plus qu'un joueur»... Pourquoi Toulouse compte sur la star Jerome Kaino pour retrouver les sommets

RUGBY Le président Didier Lacroix a officialisé ce jeudi l’arrivée du troisième ligne néo-zélandais Jerome Kaino, double champion du monde…

Nicolas Stival

— 

Jerome Kaino a remporté en 2015 sa deuxième Coupe du monde avec la Nouvelle-Zélande, après celle de 2011.
Jerome Kaino a remporté en 2015 sa deuxième Coupe du monde avec la Nouvelle-Zélande, après celle de 2011. — F. Fife / AFP
  • Malgré ses bientôt 35 ans, le Stade Toulousain n’a pas hésité à miser sur le All Black aux 81 sélections.
  • Pour le président Lacroix, des joueurs comme Kaino, « il n’y en a pas dix sur la planète ».

Depuis les bisbilles avec l’actionnaire Fiducial jusqu’aux matchs amicaux prévus début août à Singapour et en Thaïlande, Didier Lacroix a balayé toute l’actualité du Stade Toulousain ce jeudi matin durant une heure et demie, en conférence de presse.

>> A lire aussi : Stade Toulousain: Grand ciel bleu sur la pelouse, gros orage en coulisses

Dans une prestation aux allures, parfois, de stand-up, le président du directoire a notamment confirmé l’arrivée de Régis Sonnes (45 ans), entraîneur spécialiste des avants qui complète un staff à cinq têtes. L’ancien troisième ligne Rouge et Noir rejoint les Jedi Ugo Mola et William Servat, assistés des padawans Jean Bouilhou et Clément Poitrenaud, lesquels se feront les dents le week-end avec l’équipe Espoirs.

Surtout, le patron de l’actuel troisième du Top 14 a officialisé l’arrivée, pour les deux prochaines saisons, de la star néo-zélandaise Jerome Kaino, double champion du monde 2011 et 2015 longtemps convoité par Toulon.

« On peut juste être très fier qu’il porte le maillot du Stade Toulousain. C’est plus qu’un joueur, c’est quelqu’un qui va amener son expérience, son exigence, sa volonté de travail, son amour pour le rugby. On ose espérer que ce type de recrutement ressemblera à des perfusions d’apport extérieur comme avec Rob Andrew, Lee Stensness, Byron Kelleher, ces grands, grands messieurs du rugby. C’est déjà le cas de Charlie Faumuina. »

D’accord, mais le troisième ligne (1,96 m, 109 kg) fêtera ses 35 ans le 6 avril. De quoi faire hésiter le Stade au moment de miser (gros) sur le monument aux 81 sélections ? « Oui, mais pas longtemps, sourit le président toulousain. C’est un joueur qui, comme souvent chez les Blacks, a été peu utilisé sur l’ensemble de sa carrière, qui est irréprochable sur le plan de sa préparation. Il ne fera pas 25 matchs dans la saison. Il suffit qu’il joue le bon, au bon moment, et qu’il nous permette également de faire grandir tout le monde. »

>> A lire aussi : Stade Toulousain: Oh le joli coup! Le All Black Jerome Kaino, double champion du monde, vers Toulouse

L’actuel flanker des Auckland Blues en Super Rugby, où les saisons sont moins longues et éprouvantes qu’en Top 14, vient aussi pour jouer un rôle de « papa » de la troisième ligne. « Il nous permettra de faire éclore définitivement des Selevasio Tolofua ou des Alban Placines », souligne Lacroix.

L’exemple de Dan Carter à Perpignan

Le patron stadiste tente une comparaison avec un autre mythique All Black, qui a tout gagné en sélection aux côtés de Kaino. « Un jour, Perpignan a été champion de France avec Dan Carter sans qu’il soit sur le terrain. Il y a des joueurs comme ça, et il n’y en a pas dix sur la planète, qui permettent d’impacter l’ensemble d’une équipe. Jerome en fait partie. »

Lors de la saison 2008-2009, l’ouvreur aux 112 sélections n’avait disputé que cinq matchs avec l’USAP, avant de se blesser gravement. Carter a de nouveau décroché un Bouclier de Brennus avec le Racing 92 en 2016. Toulouse attend le vingtième « bout de bois » de sa riche histoire depuis 2012…

Outre Kaino et Placines, le capitaine de Biarritz (Pro D2), Toulouse va accueillir le centre du Connacht (Irlande) Pita Ahki, international néo-zélandais à VII, et l’Agenais Pierre Fouyssac, qui évolue au même poste. Un accord n’est plus très loin pour un autre Agenais, le troisième ligne Antoine Miquel, mais cette fois-ci pour la saison 2019-2020.

>> A lire aussi : Stade Toulousain: Une star et pas mal de promesses... L'effectif 2018-2019 fait saliver

Le Stade a longtemps cherché un remplaçant à Jean-Marc Doussain, l’ouvreur en partance pour Lyon. Mais la priorité semble avoir changé, après la superbe prestation à ce poste de Thomas Ramos, habituel arrière, dimanche contre Brive (45-28). « La question se pose toujours mais on a deux grands numéros 10 avec Zack Holmes et Romain Ntamack, et on s’est aperçu qu’on en avait peut-être un troisième, lance Lacroix. On se posera peut-être la question pour un numéro 9 mais nous ne sommes pas loin d’être au bout du recrutement. »

Au poste de demi de mêlée, où évolue aussi Sébastien Bézy, tout dépendra des prestations d’Anthony Méric. L’ancien Montalbanais et… Toulousain a été cédé par Toulon jusqu’à la fin de la saison pour suppléer l’irremplaçable Antoine Dupont, gravement blessé au genou droit le 3 février lors de France - Irlande (13-15), en ouverture du Tournoi des VI Nations.