JO 2018: Malaise en Norvège, des pulls de l'équipe de ski alpin ornés d'un symbole repris par un groupuscule néonazi

JEUX OLYMPIQUES L'affaire a fait beaucoup parler au pays, et on ne devrait pas voir ces pulls à Pyeongchang... 

N.C.

— 

La rune de Tyr, symbole de la mythologie mais aussi d'un mouvement néonazi sévissant en Europe du Nord.
La rune de Tyr, symbole de la mythologie mais aussi d'un mouvement néonazi sévissant en Europe du Nord. — AFP / Dale of Norway

Voilà une affaire qui fait beaucoup parler en Norvège, à une semaine du début des Jeux olympiques d’hiver. La police nationale a en effet mis en garde les dirigeants de la Fédération de ski alpin, dont certains équipements sont ornés de symboles utilisés par un groupuscule néonazi, rapporte le New York Times dimanche.

Le problème vient d’un pull de la marque officielle de l’équipe norvégienne, Dale of Norway. On y distingue une rune de Tyr, un dieu de la mythologie viking. Elle symbolise la bataille et la victoire, mais un groupuscule nommé Mouvement de résistance nordique, qui défend une idéologie néonazie dans toute l’Europe du Nord, l’a reprise à son compte.

Le «Nordic Resistance Movement» lors d'un défilé en novembre 2016.
Le «Nordic Resistance Movement» lors d'un défilé en novembre 2016. - JONATHAN NACKSTRAND / AFP

La police, comme plusieurs personnalités norvégiennes, ont alors appelé la marque à ne pas vendre ces pulls. Mais des voix se sont élevées pour critiquer cette demande. Selon elles, reculer serait synonyme « d’abandonner à ce groupuscule une partie de la mémoire de leurs ancêtres ».

Dale of Norway a réagi de la même manière. « Les Néonazis ont marché avec des drapeaux norvégiens. Cela ne signifie pas qu’il faut arrêter de les utiliser, si ? » a dit dans le NY Times Hilde Midthjell, l’une des responsables de la marque.

La Fédération norvégienne de ski a fait savoir qu’elle laissait le choix à ses athlètes de porter ou non ces pulls. « Personne n’en veut plus », indique l’un d’entre eux, Jonathan Nordbotten, dans le journal américain. Un nouveau shooting photo, avec d’autres produits, a été organisé après que les médias locaux ont relevé le problème, en octobre dernier.