Rennes-Guingamp: Sur un chef d’œuvre de Ngbakoto à la dernière seconde, l’EAG crucifie son «ennemi juré»

FOOTBALL Les Guingampais se sont imposés 1-0 dans le derby breton grâce à un but somptueux de leur recrue Yeni Ngbakoto...

Jérôme Gicquel

— 

Après quatre défaites d'affilée, les Guingampais ont renoué avec la victoire sur le terrain de leurs voisins rennais.
Après quatre défaites d'affilée, les Guingampais ont renoué avec la victoire sur le terrain de leurs voisins rennais. — FRED TANNEAU / AFP

La malédiction des Rennais se poursuit face à Guingamp. Après le traumatisme des deux défaites en finale de Coupe de France en 2009 et 2014, les « paysans » ont une nouvelle fois fait déchanter leurs voisins bretons ce dimanche après-midi au Roazhon Park. Le bourreau s’appelle cette fois Yeni Ngbakoto, arrivé au mercato d’hiver dans les Côtes-d’Armor en provenance de Queens Parks Rangers.

Alors qu’on s’acheminait tout droit vers un match nul assez logique, l’attaquant congolais, bien lancé par Ludovic Blas, a crucifié le gardien rennais Tomas Koubek d’un lob magistral à la dernière seconde. « Je vois le gardien qui est avancé et je pense tout de suite au lob. Et heureusement ça rentre », sourit-il à la fin du match.

La première de Clément Grenier avec Guingamp

Pour Guingamp, qui restait sur quatre défaites d’affilée, cette victoire est « une belle récompense. « C’est le scénario qu’on souhaitait. On s’est appuyé une défense solide, on a parfois vacillé, on a plié mais on n’a pas craqué. Au final, il n’y a rien de plus beau que de marquer à la dernière seconde face à l’ennemi juré. Surtout qu’on avait subi le même scénario cruel la saison dernière. On a rendu la monnaie de la pièce », s’est félicité Antoine Kombouaré, le coach guingampais, à l’issue d’une rencontre où Clément Grenier a effectué ses premiers pas sous ses nouvelles couleurs.

Troisième défaite de la semaine pour Rennes

Du côté Rennais, on se serait bien passé d’un tel scénario. « C’est très cruel. On a eu l’opportunité de prendre l’avantage en première et en seconde mi-temps. Mais on manque d’efficacité et un peu de malice sur la dernière action pour faire faute », a souligné Sabri Lamouchi.

Malgré une bonne prestation face à Paris mardi en demi-finale de Coupe de la Ligue, le Stade Rennais termine donc la semaine avec une troisième défaite d’affilée dans les chaussettes. « On vient de vivre une semaine très difficile, avec des émotions fortes mais aussi beaucoup de frustration et de déception », a poursuivi le coach rennais, très abattu à l’issue de la rencontre.