Coupe Davis France-Belgique: On s'en doutait et ça n'a pas manqué... Niveau ambiance, on joue cette finale à l'extérieur

TENNIS Les supporters belges ont débarqué en masse au stade Pierre-Mauroy....

Francois Launay

— 

Les fans belges sernt environ 4000 par jour dans les travées du stade Pierre Mauroy
Les fans belges sernt environ 4000 par jour dans les travées du stade Pierre Mauroy — EMMANUEL DUNAND / AFP
  • Les Belges sont près de 10.000 à être venus assister à la finale. 
  • Les Français ont pris du temps pour se faire entendre. 
  • Capitaine des Bleus, Yannick Noah pointe du doigt le manque d'ambiance. 

Ils devaient être 4.000, ils sont au moins deux fois plus. Pour la finale de la coupe Davis, les supporters belges ont débarqué au stade Pierre Mauroy bien plus nombreux que prévu. Vendredi, pour les deux premiers simples, la moitié du deuxième niveau du stade était colorée en rouge, a couleur des fans du pays voisin

>> A lire aussi : Coupe Davis. France-Belgique: Oubliez l’idée, Goffin est intouchable ce week-end

Des places en vente libre sur les sites français

A la base, la fédération belge n’avait pourtant obtenu que 2.700 billets par jour soit 10 % de la capacité de la salle. Mais dans un pays où vous mettez maximum deux heures de voiture pour rejoindre Villeneuve d’Ascq, beaucoup ont pris leurs tickets sur les sites français de billetterie.

« Les places étaient en vente libre sur les sites du stade ou sur celui de la Fnac par exemple. Qu’on soit belge ou français, on pouvait obtenir des places. Et vu que ça se joue à proximité de chez nous, on n’a pas hésité », raconte Jérémy venu de Bruxelles pour l’occasion.

La Belgique a remporté le premier match sur le terrain et dans les tribunes

Du coup, avec un tel contingent, les Belges se sont fait entendre. Lors du premier match, Goffin semblait même plus soutenu que Pouille. Et des chambreurs « On est chez nous » ont même résonné dans le stade, conséquence logique du match parfait de Goffin. « C’était une super ambiance au niveau des supporters belges. Ils ont fait beaucoup de bruit mais c’est aussi à cause du score », sourit le numéro 7 mondial.

Une ambiance qui a même agacé Jo-Wilfried Tsonga lors du deuxième match face à Steve Darcis. Un joueur belge qui n’a pas compris la réaction de son adversaire. « Si on espère que 27000 personnes vont arrêter de faire du bruit avant tous les points, c’est rêver. Ca m’a un peu énervé car dès qu’il y avait un peu de bruit, Jo s’arrêtait mais c’est la coupe Davis », lâche Steve Darcis

Ce genre d’ambiance adverse était pourtant exactement ce que la fédération française de tennis voulait éviter. Lors de la précédente finale de coupe Davis, perdue contre la Suisse en 2014, les supporters helvètes avaient aussi débarqué en nombre et fait du bruit

Lille, un choix des joueurs mais aussi une raison financière

Alors pourquoi avoir décidé de jouer cette finale dans le Nord juste à côté de la frontière belge ? Et bien pour deux raisons. L’une sentimentale qui correspond au vœu des joueurs français emballés par l’écrin et l’ambiance du stade Pierre Mauroy lors de leur demi-finale gagnée face à la Serbie en septembre dernier.

L’autre raison est économique. Avec 27000 billets vendus par jour, cette finale de la coupe Davis est une véritable aubaine financière qu’aucun autre stade français ne pouvait offrir. Difficile donc de passer à côté d’une telle occasion de renflouer ses caisses.

Les fans français se sont réveillés lors du match de Tsonga

Heureusement, si les Belges ont bien démarré la finale, les supporters français ont fini par se réveiller lors du deuxième match où Tsonga s'est baladé face à Darcis. Drapeaux géants déployés en tribune ou encore Marseillaise chantée a cappella, les Bleus ont (enfin) réussi à se faire entendre.

« C’est normal, c’est le scénario du match qui fait l’ambiance. Si on gagne le double ce samedi, on va les entendre encore plus », espère Bertrand, un supporter des Bleus.

Quand Noah tacle les spectateurs français

Reste que Yannick Noah ne se fait pas trop d’illusions. Malgré un nombre de supporters plus important, malgré cette finale jouée à domicile, le capitaine de l’équipe de France comprend que l’ambiance soit partagée.

« Je pense qu’on a l’ambiance qu’on attendait à savoir : 4000 supporters belges (plus en fait) organisés et à fond, 4000 supporters de notre côté et 20 000 spectateurs. Pour être déçu, il fallait espérer quelque chose et on espérait rien. On s’attendait à ça », avoue Noah.

Un aveu qui, en creux, prouve la différence de culture du supportérisme entre les deux pays. Pas sûr qu’en Belgique, les Français se seraient fait autant entendre. Il rest deux jours pour se réveiller et transformer le stade en chaudron bleu, blanc, rouge.